Clique sur la photo de Des seins énormes avec une mauvaise attitude pour voir son profil !

“Ils ne sont pas au menu mon pote ! Seules les recharges sont gratuites”, s’est exclamée Giselle , 19 ans, en surprenant un autre spectateur en train de regarder sans honte ses gigantesques nichons d’adolescente moulés dans son tee-shirt blanc moulant Mamma Mia’s Pizza, portant le nom du restaurant, qui s’étendait largement sur ses colossales dotations.

Le fait que le corps de petite coquine de Giselle faisait paraître ses seins mammouths complètement disproportionnés par rapport au reste de son corps mince n’arrangeait rien. Ses seins pendaient bas, frôlant à peine le haut de sa marine. Sa chemise Mamma Mia’s Pizza était effilée à l’intérieur de son jean noir, ce qui donnait l’impression qu’elle faisait de la contrebande de cantaloups surdimensionnés. “… Alors, y a-t-il autre chose que je puisse faire pour vous aider, pervers !?” L’homme d’âge moyen, bouche bée, retourna rapidement à son siège avec une érection visible.

“J’emmerde le Viagra ! Si sa vieille dame veut lui faire lever la bite, elle n’a qu’à l’amener ici pour qu’il vous voie”, commente Joyce, une des collègues de Giselle, en plaisantant.

“Putain de vieux pervers”, répondit Giselle. “Juste un autre jour ordinaire dans ma vie.”

“Si j’avais des putains de gros nichons comme toi, je ne pense pas que je travaillerais dans une pizzeria. J’ai entendu dire que des bars à nichons embauchaient”, s’est réjouie Joyce.

“Hé, salope ! Tu veux te débarrasser de moi juste parce que les hommes viennent ici pour me voir et ces putains de melons et pas toi ?” répondit sévèrement Giselle. “D’ailleurs, je le ferais si je pouvais si j’avais quelqu’un pour garder mon fils la nuit. Je gagnerais certainement beaucoup plus d’argent en secouant mes boîtes de conserve que je ne le fais dans cette décharge. Et ça, c’est juste en pourboires”.

“Mon Dieu, désolé. Je ne voulais pas toucher un nerf”, s’est excusée Joyce.

“Putain, il me faut un joint… Si tu es vraiment désolée, tu vas me remplacer pendant que je vais en souffler un”, dit Giselle.

“C’est samedi soir ! Nous sommes submergés de clients. D’ailleurs, M. Alderman ne t’a pas surpris à fumer de l’herbe les deux dernières fois ? Je crois qu’il a dit qu’il vous virerait s’il vous surprenait à nouveau”, a prévenu Joyce.

“J’emmerde ce vieux salaud décrépit ! Il n’a pas les couilles de me virer. Il sait que mes énormes seins lui mettent de l’argent dans les poches et de la nourriture dans la bouche de sa famille parce que ce n’est certainement pas cette horrible pizza”, a répondu Giselle avec colère. “Je serai de retour dans quinze minutes avant même qu’il ne sache que je suis partie.”

Giselle a enlevé son tablier et s’est dirigée vers la cuisine pour s’échapper dans l’allée. Elle a senti les nombreux yeux pervers de jeunes et de vieux hommes qui la regardaient passer, mais surtout ses 34 bazongas à double coupe GG qui se balançaient comme de grosses sphères gigantesques sous sa chemise.

Comme nous l’avons déjà mentionné, Giselle avait une silhouette de femme courte, bien tonique et petite avec des seins colossaux que l’on ne trouve que dans les pages des magazines de gros seins ou sur Internet. Ajoutez à cela qu’elle était incroyablement belle et pas seulement une paire de seins gargantuesques avec des jambes.

Giselle était assez jolie pour être mannequin si ce n’était pas pour ses nichons et sa mauvaise attitude. Sa peau était d’un blanc ivoire et sans tache. Ses magnifiques yeux couleur saphir lui donnaient un air de poupée de porcelaine, à l’exception du lourd eye-liner foncé qu’elle adorait porter. Elle avait des lèvres fines mais longues d’un rouge rubis et ses cheveux raides et fluides s’arrêtaient à quelques centimètres de son cou avec un mélange de couleurs marron clair et foncé.

“Putain !” s’exclamait Giselle… “Je viens de me rappeler que j’avais fumé mon dernier joint hier soir.”

La déception de Giselle n’a pas duré longtemps lorsque Dexter, un autre employé de Mamma Mia qui venait de terminer son service, a croisé Giselle dans la ruelle.

“Hé Dex… Tu as fini pour ce soir ?” demanda-t-elle.

“Ouais. En quoi cela te concerne-t-il, contrebandier de melons”, répondit méchamment le snob de 28 ans.

De tous les employés avec lesquels Giselle travaillait, c’est avec Dexter Runnels qu’elle ne s’entendait pas le plus. C’était un connard égocentrique et arrogant qui se moquait sans cesse de Giselle et lui faisait des farces. La pire blague qu’il lui a faite a été de lui jeter un seau d’eau glacée alors qu’elle portait un tee-shirt jaune de Mamma Mia’s Pizza. Le tee-shirt moulant mouillé s’accrochait à ses énormes heurtoirs et, heureusement pour elle, seul son énorme soutien-gorge en dentelle était visible. Les surnoms cruels que Dexter avait inventés pour ses seins étaient pires que tous les noms qu’on lui avait donnés au lycée.

“Relaxe Dex. N’aie pas une putain de crise cardiaque. Je veux juste fumer un peu d’herbe et je sais que tu dois en avoir”, répondit Giselle.

“Queen Sandbags veut de l’herbe, de ma part ?” répondit-il avec insouciance.

“Je suis stressé. Je suis épuisé. Je ne descends pas avant deux heures et j’ai vraiment besoin d’un coup tout de suite”, a-t-elle supplié.

“Oh vraiment. Qu’est-ce que j’y gagne ?” Dexter ne perdit pas de temps à demander une faveur.

“Ha ! Tu n’auras rien. Garde ton stupide joint. Je suis sûr que quelqu’un d’autre peut m’en donner un.”

“Ha ! Pas de chance. Stu n’est pas en ville et lui et moi sommes les seuls à part toi à fumer de l’herbe ici et je t’ai vu partir sans fumer d’herbe. C’est pas beau à voir. Je suis ton seul lien. À prendre ou à laisser, Sugar Tits.”

Avec un regard sévère sur son visage, Giselle pensa un instant.

“Qu’est-ce que tu veux en échange d’un joint ?” demanda-t-elle.

“Mon Dieu Giselle… Il y a tellement de choses que je veux et j’en regarde deux en ce moment”, dit Dexter, en faisant référence à ses trop gros nichons.

“Excusez-moi ?”

“Je sais que je vous en parle beaucoup, mais bon sang, ce sont de sacrés gros nichons ! Je suis toujours un homme. Un homme très excité qui meurt d’envie de voir ces putains de gros nichons depuis que vous avez été embauché ici. Alors, qu’est-ce que tu en dis ?”

Giselle était prête à gaufrer Dexter avec un crochet du droit et un genou sur son sac de balles mais elle voulait désespérément un joint.

“D’accord… Je vais te les montrer pour un joint”, dit-elle.

“Tu me les montres ? Tu sais combien coûte l’herbe ? A quel point c’est illégal de transporter cette merde ? Je ne veux juste pas les voir. Je veux les toucher. Je veux les tripoter. Je veux y enterrer mon visage et m’étouffer un peu. Je veux glisser ma bite entre ces énormes suceurs et te baiser si fort qu’ils t’exploseront au visage et te rendront inconscient. Je veux le travail, bébé”, a laissé entendre Dexter.

Giselle n’a pas été le moins du monde surprise par la demande de Dexter.

“Putain de pervers… Ta petite bite ne pouvait pas s’occuper de ces bébés, mais bon… L’herbe d’abord !”

“Bien sûr, peu importe”, Dexter accepta avec indifférence. “Allons à mon van et mettons-nous en route.”

Dexter a rendu Giselle malade par sa simple présence, mais elle a dû admettre qu’il était un peu mignon, dans le genre joueur, hacker informatique.

À 5’10, Dexter avait un look de type nerd avec des cheveux brun foncé et des yeux bleu clair rêveurs. Joyce, leur collègue de travail, a en fait avoué à Giselle qu’elle avait le béguin pour lui. Il flirtait avec Joyce de temps en temps, mais il flirtait aussi avec de belles costumières. Giselle ne comprenait pas pourquoi il la harcelait plus que les autres employés, mais à ce stade, elle était prête à tout pour fumer un joint afin de se calmer et de passer le reste de la nuit de travail.

Elle a suivi Dexter jusqu’à sa camionnette qui était garée juste derrière la pizzeria. Une fois entré par l’arrière, Dexter n’a pas perdu de temps pour sortir une grande réserve de marijuana.

“Christ ! C’est une putain d’énorme réserve !” Giselle a dit qu’elle était stupéfaite.

“Ce n’est pas la seule chose que j’ai d’énorme, Nichons ballons et je vais te montrer ça dans un instant”, a-t-il répondu de façon sordide.

“Va te faire foutre, crapaud, et laisse-moi allumer ma clope.”

“Comme tu veux, Jugs.”

Pendant les 20 minutes qui suivirent, les deux hommes furent incroyablement défoncés. Giselle était tellement défoncée qu’elle en oubliait qu’elle était encore en service et que Joyce la couvrait. Elle était si détendue et décontractée après avoir fumé quelques joints qu’elle a enlevé ses chaussures et ri de certaines blagues de Dexter.

La plupart du temps, pendant que Giselle se défonçait, Dexter lorgnait ses énormes orbes rondes. Sa bite était complètement dressée et les regardait alors qu’ils reposaient sur le haut de ses cuisses, tandis qu’elle était assise à l’arrière de sa camionnette, à l’indienne. Il appréciait la présentation lubrique de ses immenses seins qui bougeaient et rebondissaient sous l’effet de son rire frénétique. Sa bite était prête à passer à travers les coutures de son jean et Giselle était trop défoncée pour le remarquer.

Soudain, Dexter en a profité pour se pencher et l’embrasser. À sa grande surprise, Giselle n’a pas résisté. Au lieu de cela, elle a saisi son visage et l’a tenu près de lui en lui rendant le baiser. Elle lui a même enfoncé sa langue dans la bouche.

Après deux minutes de baisers lascifs, Giselle s’est retirée et a pris un coup sur son articulation. Cela a excité encore plus Dexter lorsqu’il a vu cette fille incroyablement sexy avec des nichons ridiculement énormes fumer un joint.

“Putain, t’as des nichons énormes !” dit-il en se léchant les lèvres et en les lorgnant. “Ils ne peuvent pas être réels.”

“Ils sont réels…” Giselle répondit en entonnant. “Pourquoi n’enlèverais-tu pas ma chemise pour voir par toi-même ?”

Giselle s’est mise à genoux devant son collègue en chaleur. Sans réfléchir, Dexter a mis la main dans le pantalon de Giselle, a sorti sa chemise serrée de Mamma Mia et l’a soulevée au-dessus de sa tête. Il l’a saisie et ses yeux se sont immédiatement fixés sur la plus grande paire de nichons qu’il ait jamais rencontrée. Dexter était plutôt du genre cul et jambes, mais il ne laisserait jamais passer l’occasion de baiser une nana avec des seins monstrueux. Les plus gros avec lesquels il avait le plaisir de jouer étaient les bonnets D et Giselle en avait sans aucun doute une bien plus grosse paire.

“Oh mon dieu !” Dexter saisit, alors que sa bite palpitait d’impatience d’enlever le gigantesque harnais d’un soutien-gorge qui abritait les extraordinaires sacs de chair de Giselle. Son soutien-gorge massif en dentelle noire et rouge, qui était fait sur mesure pour contenir des seins aussi énormes et lourds, travaillait littéralement pour les contenir alors que la chair des seins gonflait sur le dessus et les côtés. Ils pendaient presque à la taille de Giselle, même dans l’appareil sur mesure. “Mon Dieu ! Même les mannequins de Playboy n’avaient pas des seins aussi gros.”

“Vous savez, ils ont l’air beaucoup plus gros sans le soutien-gorge”, répondit Giselle, toujours extrêmement cuite alors qu’elle se tenait derrière son dos et se caressait avec les multiples crochets. Soudain, le soutien-gorge tomba sur le plancher de la camionnette et les énormes seins de Giselle pendaient lourdement et généreusement sur son corps et se dressaient massivement devant elle. Il fallut tout ce que Dexter avait pour ne pas écraser son jean.

“Putain de merde ! Ces choses sont totalement réelles et totalement putain d’énormes !” s’exclama-t-il. Ses seins pendants étaient vraiment colossaux dans leurs proportions, gonflant en forme de gigantesques courges avec de grandes aréoles roses et des mamelons épais et gonflés, d’un rose plus foncé qui pointait de façon obscène sur le visage de Dexter.

La bite de Dexter était plus que furieuse lorsqu’il s’est avancé et a pris un gros sein dans chaque main, s’est envolé et s’est réjoui de la façon dont leur chair molle et souple débordait de ses paumes et entre ses longs doigts osseux, et a senti leur poids considérable. Ses pouces recouvraient ses tétons gonflés et tout ce que Giselle pouvait faire, c’était de se jeter la tête en arrière et de gémir à son contact. “Hmmmm.”

“Ces putains de nichons sont absolument incroyables et tellement lourds et dodues !” Dexter a fait l’éloge. “Man Sugar tits, je vais prendre plaisir à éjaculer sur ces salopes, mais je dois d’abord les goûter.”

Il a fait rebondir un peu les puissants seins doux dans ses paumes avant de diminuer et de prendre un de ses gros nichons entre ses lèvres sèches et croquantes. Ses lèvres se sont fortement appuyées sur son aréole bosselée pendant qu’il suçait et mâchonnait vigoureusement son mamelon pointu, tout en serrant ses deux lourds cintres. Giselle lui a enfoncé la tête dans sa grosse poitrine et a failli étouffer Dexter avec le gigantesque nichon dont il se régalait avec plaisir. Elle lui caressa l’arrière de la tête et gémit pendant que sa langue faisait des tours à son mamelon dur engorgé qu’elle n’avait jamais senti auparavant.

“L’autre”, gémissait-elle sans vergogne.

Dexter, avide et heureux, déplaça son visage à travers l’étendue spongieuse de sa mamelle pendante vers son autre mamelon distendu et lui administra le même traitement oral. Il prit l’aréole entière dans sa bouche, la suçant pendant que sa langue travaillait sur le mamelon. Giselle était une de ces filles qui aimaient se faire sucer les tétons car cela la rendait très humide. Elle criait de plaisir lorsque Dexter serrait ses énormes sacs de chair et passait de l’un à l’autre.

Dans le feu de l’action, de petites bouchées de lait s’écoulaient de ses tétons enflammés.

“C’est une putain de blague”, gémit Dexter, choqué, alors qu’il arrête un instant de sucer pour admirer les gouttes de lait qui s’écoulent de ses tétons et qui descendent jusqu’au fond de ses seins gonflés. “La vraie définition des sacs de lait, hein Mambo Melons.”

Dexter a léché et lissé le lait qui s’écoulait de ses seins gorgés de lait avant de sucer un de ses tétons laiteux dans sa bouche.

Comme si le fait de sucer une paire de seins incommensurables ne l’excitait pas déjà, il a été récompensé par le lait de Giselle enceinte de son fils. Giselle elle-même ne s’attendait même pas à cela, car elle n’avait jamais fait boire son lait à un homme auparavant. Elle a saisi et gémi alors que Dexter buvait son doux lait de tétons d’adolescente.

D’autres litres de lait s’écoulent de ses seins dans la bouche vorace de Dexter qui les presse et les suce intensément. Giselle était sur le point d’éjaculer après la tétée de ses seins. Dexter était prêt à exploser dans son jean, mais il a tenu bon et a voulu stocker suffisamment de sperme pour glacer ses seins.

Dans ce qui lui semblait être une éternité à sucer les gigantesques sachets de lait de Giselle et à boire son lait sucré, Dexter retira à contrecœur son visage de sa grosse poitrine et de ses cantaloups pleins de lait pour enfin laisser sortir sa bite dure et rageuse pour un peu d’air. Il a jeté sa chemise qui portait plusieurs petites taches de lait, a enlevé ses chaussures de montagne et, d’un seul coup, a enlevé son jean et son slip.

Giselle, toujours défoncée mais très excitée, a découvert que Dexter ne plaisantait pas en disant qu’il avait autre chose d’énorme dans sa camionnette. Ses yeux étaient fixés sur sa grosse queue palpitante et dure, longue et épaisse avec des testicules de la taille d’une balle de golf qui s’affaissaient en dessous. La tête de sa bite pulsait d’un rouge furieux.

“Vous savez quoi ? Avant que je ne baise tes grosses montagnes et que je ne te donne une dose de mon jus de protéine pour la santé, je pense que ma bite a besoin d’un peu de lubrification”, dit Dexter.

Dexter s’est approché du joli visage ovale de Giselle et celle-ci n’a pas résisté à l’envie de prendre sa grosse bite dure dans sa bouche. Il s’est immédiatement plongé dans le plaisir, jetant sa tête en arrière et soupirant de soulagement devant sa bouche chaude et humide, si accueillante. Giselle avait ses lèvres douces serrées fermement sur sa bite, se déplaçant d’avant en arrière sur le bâton rigide qui logeait sa bouche dans un style classique de bobbing. Sa langue tourbillonnait sur sa viande épaisse chaque fois qu’elle poussait sa bite entre ses lèvres et atteignait des zones de sa bite que Dexter n’avait pas senties depuis longtemps. Ses seins prodigieusement gigantesques ont commencé à se balancer lourdement sous elle, le lait s’écoulant lentement de ses tétons engorgés.

Dexter gémit et se plaint alors que Giselle accélère sa succion. Elle se balançait rapidement la tête en laissant couler de la salive sur les côtés de sa bouche. Le bruit de sa bouche mouillée qui bougeait sur sa queue et de ses seins pleins de lait qui tapaient sur sa peau remplissait le fourgon.

Giselle retira inopinément sa bouche de sa bite mouillée et allaita ses longues couilles. Elle s’est accrochée à son cul pendant que sa langue et sa bouche se mettaient à travailler sur ses couilles. Elle l’a sucé l’un après l’autre et, à l’occasion, a mis le sac de noix entier dans sa bouche et a savouré le goût musqué. Après avoir dévoré ses couilles pendant 3 à 4 minutes, elle remettait sa grosse bite dans sa bouche.

Dexter lui a saisi l’arrière de la tête et a poussé son visage plus loin dans son entrejambe musqué et hirsute. Le nez de Giselle était pratiquement pressé contre son ventre plat et son menton contre ses couilles alors que sa bouche prenait les 9 ½ pouces de sa viande épaisse. La gorge et la langue de Giselle ont fait travailler sa bite jusqu’à ce que ses réflexes de bâillonnement s’activent. Son eye-liner épais a commencé à couler sur son visage alors que ses yeux se mettaient à pleurer à cause de son bâillonnement. Dexter a libéré sa tête pour lui permettre de prendre de l’air. Sa bite dure était couverte et dégoulinait dans sa salive.

“Pas mal comme suceuse de bites, Giselle. J’ai toujours su que ta bouche était bonne pour autre chose que de la faire tourner”, a-t-il grogné.

“T’es vraiment un connard”, gloussa Giselle, encore visiblement défoncée.

“En parlant de connard, je n’ai jamais eu de boulot sur la jante avant. Tu peux être le premier à m’en donner un”, commanda Dexter. “J’ai entendu dire que c’était très stimulant. Allonge-toi sur le dos pendant que je m’assois sur ton visage.”

Giselle haussa les épaules et s’allongea sur le dos. Ses seins gonflés s’allongent lourdement sur elle, se divisent sur sa poitrine et s’affaissent sur les côtés. Dexter était follement excité par la vue imprenable.

“Putain, ces salopes sont si grosses !”, il sursauta. Il tenait sa bite palpitante dans sa main alors qu’il s’enjambait sur le visage de Giselle. Il s’est abaissé de manière à ce que ses genoux soient à l’extérieur de ses bras et que son cul soit directement dans son visage. “Écarte-les et donne-lui une bonne raclée.”

Giselle a écarté les joues de son cul. Son trou de cul était entouré d’une petite tache de duvet de pêche. Elle a enfoncé sa langue dans le trou du cul et l’a fait entrer et sortir comme si elle le baisait. Elle lui a pétri les joues pendant qu’elle léchait de haut en bas et autour et dans son trou de cul.

Dexter était sur un nuage 9 alors qu’il gémissait et se faisait lécher le trou du cul pour la première fois. C’était une sensation orale qu’il n’avait jamais ressentie auparavant. Sa bite devenait de plus en plus dure dans sa main à mesure qu’il la caressait. Ses boules remplies de sperme se sont agitées sur le front de Giselle, la moitié inférieure de son visage étant enfouie entre les joues de son cul.

Sa langue rose chaude envahit son trou de cul, s’enfonçant profondément dans sa cavité anale sale et utilisant le bout de sa langue pour pénétrer dans son trou de cul pulsé. Elle envoyait des frissons pressants à travers le corps tremblant de Dexter qui gémissait assez fort pour que n’importe qui dans la ruelle puisse l’entendre.

Giselle a retiré sa langue mais l’a laissée clapoter sur son trou de balle. Dexter était sur le point de jouir de cette nouvelle expérience sexuelle, mais il ne voulait pas gâcher le plaisir de donner à Giselle le plus grand soin du visage qu’il ait jamais eu.

“Oh putain ! Pas encore !” s’est-il écrié, en sautant du visage de Giselle. “C’était super au fait. J’avais beau vouloir jouir, on n’a pas encore fini.”

Dexter se remit aux pieds de Giselle et commença à défaire son jean.

“Je sais que tu es devenu putain de mouillé à cause de tout ça”, a-t-il commenté. “Je peux sentir ton jus.”

Toujours défoncée, Giselle a juste gloussé. Elle n’a pas protesté, Dexter a réussi à lui enlever son pantalon et sa culotte en coton, la laissant dans ses chaussettes blanches. Son énorme bite était plus dure que de voir sa chatte brune mouillée presque parée.

“Et si je faisais un petit test de goût avant de me lancer ?”

Dexter écarta ses cuisses et planta son visage dans sa chatte chaude. Il perça rapidement sa langue dans sa chatte mouillée et trouva son clitoris. Il l’a grignoté et sucé sans pitié, ce qui a commencé à rendre Giselle folle. Elle s’est assise sur ses coudes avec ses lourds coussins de poitrine remplis de lait, merveilleusement répartis sur sa poitrine, et a regardé la bite d’un collègue de travail lui bouffer la chatte. Son corps se tordait à chaque fois que sa langue entrait en contact avec son clitoris sensible et faisait vaciller et balancer ses énormes melons de façon invitante.

“Oui, oui, oui !” cria Giselle, alors que son corps commençait à se tortiller sous l’assaut de la langue de Dexter entre les plis mouillés de sa chatte. Sa chatte était serrée et trempée comme l’enfer alors que Dexter taquinait continuellement son clitoris avec sa langue et ses dents. Elle a commencé à lui baiser le visage alors que sa langue léchait rapidement l’intérieur de sa chatte et de son clitoris. La sensation de se faire lécher la chatte l’a presque amenée à l’orgasme et avant qu’elle ne puisse jouir, Dexter a mis fin à son agression.

Il s’est assis, a tenu sa bite dans sa main et l’a guidée à l’intérieur d’elle. Dexter sursauta en sentant sa chatte bien serrée et trempée s’enrouler autour de sa viande palpitante. Une vague de plaisir traversa son corps alors qu’il se montait sur elle, pénétra au plus profond de sa chatte et se mit à la pousser.

Dexter tenait les jambes de Giselle derrière ses genoux et lui donnait des coups de poing dans les boules de sa chatte chaude. Sa camionnette s’est mise à basculer à chaque poussée sur Giselle. Elle s’est mise à crier et à gémir alors qu’elle prenait toute la bite de Dexter. Ses mammouths trayeurs rebondissaient et vacillaient comme des moules de gélatine, de sa poitrine à son estomac, et le lait commençait à s’écouler de ses deux tétons durs et distendus. Dexter est devenu extrêmement excité par ses seins, alors il a fait tomber ses jambes et a diminué jusqu’à ce que ses lèvres s’enroulent autour d’un de ses tétons laiteux.

Dexter a grossièrement baisé Giselle à la manière des missionnaires, pompant sa viande d’homme plus fort et plus vite dans son trou de chatte juteux, tapant son corps en sueur sur le sien et buvant son lait sucré à partir de ses nichons colossaux. Les talons de ses pieds frappaient contre son cul alors qu’il s’enfonçait dans sa jeune chatte serrée.

Il tenait ses énormes seins d’adolescente, ronds et flottants, les serrait et suçait à tour de rôle les énormes tétons durs qui se trouvaient sur les melons à chair ondulante, tout en étant récompensé par du lait sucré. De temps en temps, il les pressait l’un contre l’autre et tétait les deux énormes tétons en même temps tout en pressant ses melons de lait pour faire couler le lait dans sa bouche affamée. Giselle gémissait et se tordait sous lui, sa chatte était extrêmement humide et chaude et ses tétons palpitaient alors qu’elle commençait à être submergée par de multiples orgasmes.

“OH gawd ! Je ne savais pas que tu serais aussi chaud”, gémit-il, entre la lèche et la succion de ses gros tétons qui coulent et le lait qui s’écoule de sa bouche. Dexter prit enfin quelques bouts de son délicieux lait avant de se lever à son poing et de plonger avec zèle sa grosse bite dure dans la chatte chaude de Giselle.

Dexter gémit en regardant mémoriser ses monstrueuses cruches pleines de lait qui s’envolent agressivement près de son visage à cause de ses furieux coups de poing et des taches de lait qui dégoulinent et volent sur les deux. Giselle a poussé un cri aigu alors que sa chatte se resserrait sur sa queue et en quelques secondes, elle est arrivée. Ses sucs ont rempli les canyons chauds et glissants de sa vulve et se sont écoulés sur sa queue palpitante. Dexter ne savait pas combien de temps il pourrait tenir le coup après avoir senti sa chaude humidité arroser sa bite solide comme le roc.

Dexter a baisé Giselle pendant qu’elle venait, longuement et fort. Il en a eu assez de se soutenir, alors il s’est jeté sur elle, pressant son corps couvert de sueur contre le sien, coinçant ses cintres à lait surdimensionnés entre leurs poitrines et lui enfonçant furieusement ses hanches dans son bassin, la baisant à mort pour ce qu’elle vaut…

Après quelques minutes supplémentaires à baiser Giselle, Dexter s’est retiré et l’a mise à genoux. Il s’est agenouillé entre ses jambes et a frotté sa bite énorme, plus dure que jamais, de haut en bas de l’ouverture de sa chatte. Giselle essayait de se remettre de ses dernières séances d’orgasme et la sensation de sa grosse bite qui glissait dans sa chatte chaude ne l’a pas aidé et il l’a engloutie avec empressement. Giselle n’avait pas le type de cul que Dexter aimait, il était minuscule mais doux et bien formé. Il la pétrissait agressivement en martelant sa chatte en levrette.

Le bruit de son aine qui tapait rapidement sur son petit cul remplissait la camionnette en même temps que les gémissements de Giselle, très excitée. Elle avait les yeux fermés tout en gémissant de plaisir. Son visage et son corps dégoulinaient de sueur pendant toute la relation sexuelle. Ses sacs de chair ridiculement bas, remplis de lait, se balançaient en rond et se balançaient d’avant en arrière sur le tapis de la camionnette. Du lait jaillissait de ses tétons et coulait partout.

Dexter s’émerveillait à la vue de ses énormes seins d’adolescente qui sortaient de ses flancs et pulvérisaient du lait partout. Cela l’excitait et le poussait à pousser plus fort et plus vite dans les profondeurs de sa chatte serrée. Giselle a crié d’extase lorsqu’il a augmenté son rythme, enfonçant sans pitié son énorme bite dans sa chatte détrempée et serrée. Elle revint alors que Dexter lui sortit soudainement sa bite.

“Il est temps de baiser ces doux nichons de 19 ans !” annonça Dexter avec empressement, caressant sa bite trempée de jus de chatte.

Il retourna Giselle sur son dos et plaça son énorme bite dure au milieu de ses seins doux géants. Il s’empara de ses seins souples par les côtés et les serra autour de sa longue bite lancinante. Il a haleté devant la façon dont sa bite a été complètement engloutie dans son décolleté mou d’un kilomètre de long, ce qui ne lui était jamais arrivé auparavant. Il savait qu’il était sur le point d’arriver juste en sentant ses seins engloutir sa bite, alors il n’a pas perdu de temps et a commencé à s’enfoncer fébrilement entre ses gigantesques melons. Il gémit et se plaint alors que leur chair molle ondule dans ses mains et sur sa bite chaude. Comme prévu, le lait commença à jaillir de ses gros mammifères et coula sur ses seins, ses mains, ses cuisses et les balles qui frappaient le fond de ses gros pichets.

Giselle s’est servie de ses mains pour caresser les cuisses de Dexter alors qu’il chevauchait ses énormes sacs à nichons d’adolescente. Elle aimait la sensation d’une belle bite dure et juteuse entre ses seins, mais détestait ne pas pouvoir sucer la tête à cause de la taille de ses melons qui faisait disparaître complètement les bites dans leurs crayons. Peu importe la force avec laquelle Dexter poussait vers le haut, sa grosse bite dure ne voyait jamais la lumière du jour de l’intérieur de la gorge de la chair douce et ondulante de ses seins.

“Je t’avais dit, connard, que ta bite ne pouvait pas être à la hauteur d’être fourrée entre mes seins !”, gloussait-elle en jubilant.

Cela n’avait pas d’importance pour Dexter à ce moment-là, car il était totalement perdu dans la sensation et essayait de se forcer à résister à l’éjaculation si tôt, mais l’entendre se vanter ouvertement à ce sujet lui faisait repenser à l’éjaculation désespérée dans sa bouche pour la faire taire. Il avait toujours l’intention de lui casser la gueule, mais il voulait lui donner une bonne baise, car il n’avait jamais pris de plaisir à baiser une paire de seins jusqu’à ce moment.

“Oh, salope ! Oh, ça éjacule ! Oh ouais !” gémit-il, alors qu’il pompe sa grosse bite plus fort et plus vite entre ses trayeuses géantes. “Prépare-toi à noyer cette salope !”

Dexter gémit et grogne bruyamment alors qu’il déchiquette et gifle ses énormes pendulettes à lait tout en enfonçant sa pierre d’acier entre elles quelques instants de plus. Il abandonna sa prise de mort sur ses nichons et s’écria alors qu’il ressentait une sensation familière de picotement dans son sac à boules qui remontait le long de son épais et dur axe veineux et sortait de la tête bombée de sa grosse bite dans un jet de sperme blanc, chaud et collant. Il a oint son premier gros coup de sperme directement dans le joli visage de Giselle. D’épaisses gouttes de sperme ont trempé son front, son petit nez et ses paupières. Il gémit de nouveau alors qu’une autre grosse boulette se déverse sur ses lèvres et ses joues.

Il saisit sa bite chaude et la caresse frénétiquement, tandis qu’une autre boule de sperme sort de son sac à balles et lui couvre le visage. Il ne voulait pas laisser ses lourds cintres géants dehors, alors il a pointé la tête de sa bite vers eux et a relâché les petites quantités de sperme qu’il leur avait laissées.

Quand Dexter a eu fini, il a eu l’impression que ses couilles avaient été complètement vidées. Le visage diaboliquement joli de Giselle était plâtré et dégoulinait de sa sauce gluante et piquante pour homme. Du front au menton et tout ce qui se trouvait entre les deux était trempé dans l’épais sperme de Dexter, comme il avait déclaré qu’il allait le faire.

“On a juste baisé pendant une heure environ. Je suis presque sûr que tu viens de perdre ton boulot”, supposa Dexter, alors qu’il prenait un coup dans un joint fraîchement roulé.

Giselle sourit et gloussa, toujours en position couchée et le visage encore couvert d’un tas de sperme de Dexter.

“J’emmerde ce boulot ! Je peux gagner plus d’argent en secouant mes énormes nichons de toute façon. Maintenant tais-toi et passe-moi ce joint !”

Des seins énormes avec une mauvaise attitude