Clique sur la photo de Belle bite pour une salope aux gros nichons pour voir son profil !

Vous ne penseriez jamais, jamais qu’elle puisse être méchante. Ma très charmante épouse, Marie, a l’air d’une bibliothécaire calme et innocente. Elle mesure 1,80 m, a de jolis yeux de biche, bruns et brillants, est brune, pèse 90 kg, a une belle silhouette avec des seins en bonnet D qui sont gros, lourds et si fermes. Mais surtout quand elle portait des lunettes, elle avait l’air si pure.

Mais à trente ans, Marie commençait à découvrir qu’elle aimait montrer ce corps, surtout aux étrangers. Marie était une femme très soumise, qui s’en remettait à moi en toute occasion. La petite femme parfaite : obéissante et sexy.

Un jour très spécial, sa voix avait un ton différent.

“O.K. Buster”, disait-elle presque dès que nous sommes entrés dans la suite de deux chambres de l’hôtel de luxe de New York. “C’est l’après-midi où tu vas réaliser ton fantasme.” Et avec ça, elle a posé ses mains sur ma poitrine et m’a poussé sur le lit.

Pendant un moment, j’ai cru qu’elle allait m’attaquer sexuellement, mais Marie a reculé pendant que je me rétablissais et s’est assise.

“Tu dis depuis cinq ans que tu voulais que je baise un autre homme. Tu crois vraiment que tu peux supporter ça ?”

Mon pouls s’est accéléré et j’ai senti un remous dans mes reins.

“Oui, ma chère. Mais tu sais que je veux regarder.”

Marie s’est dirigée vers le placard. “Tu vois les lattes de cette porte ?”

Il me fallut quelques secondes pour comprendre ce qu’elle voulait dire.

“Tu peux voir dehors si tu es là-dedans, mais personne ne peut voir dedans”, lui ai-je dit.

“C’est vrai.” Et avec cela, elle a pris une chaise du petit bureau de la pièce et l’a placée dans le placard. “Je vais dans ce salon chic en bas. Vous attendez ici et ne quittez pas la pièce. Je t’appellerai”, dit-elle, “peut-être”.

C’était une Marie beaucoup plus affirmée que ce à quoi j’étais habitué, mais il ne faisait aucun doute que j’aimais ce qu’elle préparait. Et bien que je sois peut-être un mari dominant, j’étais maintenant prêt à jouer le cocu. En fait, j’étais tellement excité que je ne pouvais pas parler. J’ai juste fait un signe de tête.

Marie est sortie de la pièce sans un mot de plus. Elle ne m’a même pas embrassé en partant. Puis, pendant plus d’une heure, j’ai essayé de regarder la télévision, ou de lire le journal, ou de regarder par la fenêtre. Mais ma bite était déjà bien dure en pensant que je pourrais enfin voir ma mégère en action.

Une autre demi-heure a passé. J’ai même sorti ma bite et j’ai joué avec. J’aurais pu venir en quelques minutes, mais je l’ai juste caressée, en fermant les yeux et en essayant de m’imaginer Marie sur le dos avec la bite d’un étranger qui entrait et sortait d’elle. Soudain, le téléphone a sonné.

“Eddie, tu es sûr que c’est ce que tu veux ?”

“Oui”, ai-je répondu, “Plus que tout”.

“Va dans le placard et ne fais pas de bruit. Et promets-moi que tu n’en sortiras pas tant que je ne te le dirai pas.”

“Je te le promets”, ai-je commencé à dire, mais le téléphone s’est éteint avant que j’aie fini.

J’ai vite enlevé mon pantalon et je l’ai raccroché, puis je me suis assis sur la chaise et j’ai fermé la porte. Allait-elle vraiment le faire ? Marie allait-elle enfin réaliser mon fantasme sexuel le plus chaud ?

La réponse est venue quelques minutes plus tard. J’ai entendu la clé dans la porte…. l’ouverture de la porte…et puis une voix masculine !

“C’est bien”, dit une voix de baryton grave. “Un salon.”

Il n’y a pas eu de réponse. Je ne pouvais pas les voir. Ils étaient tous les deux dans l’autre pièce de la suite. J’entendais un peu. Le bruissement des vêtements qui étaient déplacés. Un grand soupir, celui-ci d’une voix que j’ai reconnue. “Ummmm, c’est bien.” Puis j’ai entendu les sons indubitables d’un baiser.

“Allons dans l’autre pièce”, j’ai entendu Marie dire.

“Assieds-toi d’abord sur le canapé”, a dit la voix masculine.

“Non, je suis plus à l’aise dans l’autre pièce”, a dit Marie.

D’abord, une ombre est tombée sur la porte du placard, puis une autre est passée. En regardant par la porte à persiennes, j’ai vu Marie passer la première, tenant une main derrière elle et conduisant un homme vers le lit. Son visage était rougi et son rouge à lèvres étalé. Son chemisier était ouvert, de sorte que son soutien-gorge en dentelle était bien visible, les deux monticules de ses gros seins rebondissant lorsqu’elle marchait.

Elle s’arrêta près de la fenêtre, se retourna et mit ses bras autour de l’homme qu’elle avait amené dans la chambre, et ils s’embrassèrent à nouveau, mais cette fois-ci, je pouvais les voir.

Il était vêtu d’un costume d’affaires. Il avait l’air d’avoir à peu près l’âge de Marie, peut-être quelques années de plus. Il était plus grand que moi, mesurant peut-être 1,80 m ou 1,80 m, et avait les cheveux couleur sable. Même dans le costume d’affaires, je pouvais voir qu’il était du type athlétique, et lorsque Marie l’embrassait… passionnément… ses mains travaillaient sur sa veste, l’arrachant de son épaule. Il s’est reculé et l’a laissée l’enlever, et j’ai pu voir qu’il était bien bâti. La chemise s’étendait sur un dos musclé.

Marie a pris son manteau, l’a plié proprement et l’a posé sur le bureau.

“Enlève-le, Jack”, dit-elle d’une voix rauque. “Je veux le voir.”

“J’espère que tu ne seras pas déçu”, dit-il en ouvrant sa braguette.

Marie a lancé un rire doux et mélodieux. “Je le ressens depuis une demi-heure. Je sais à quel point elle est grande. Je veux la voir. Pour commencer.”

Maintenant, c’est Jack qui riait. Ses mains travaillaient pour faire bouger son caleçon et ensuite pour faire sortir une bite très dure de son pantalon. Quand il l’a fait, Marie a poussé une sorte de gémissement et s’est immédiatement mise à genoux.

“Donne-la-moi, Jack. Je veux te sentir dans ma bouche.” Et avec ça, j’ai vu ma jolie petite femme commencer à tailler une pipe à un homme qu’elle ne connaissait même pas jusqu’à cet après-midi.

De la façon dont elle le faisait, il était clair que Marie était excitée. Très excitée. Je ne suis pas sûr que Jack pouvait le voir, mais une main était entre ses jambes, poussée sous sa jupe pour qu’elle puisse lui masser la chatte, alors qu’elle prenait la première bite étrange dans sa bouche depuis plus de dix ans. Sa bouche bougeait sur lui avec une soudaine fureur sauvage. Elle ne savait pas où elle se trouvait. J’étais sûr qu’elle avait oublié que j’étais dans le placard, peut-être même oublié que j’existais. Et ce qui existait pour elle, c’était cette bite, peut-être de sept pouces de long, pas trop épaisse, avec une tête bien ronde, circoncise, qu’elle bave, lèche et suce comme si c’était son dernier repas.

“Oh, mon Dieu”, disait Jack. “Oh, mon Dieu. Oh, mon Dieu. Mon Dieu, tu aimes sucer des bites, n’est-ce pas ?”

Marie a tiré la tête en arrière, une main continuant à pomper sa bite. “Jack, je t’ai dit dans l’ascenseur, tu es le premier homme autre que mon mari avec qui je joue depuis qu’on s’est mariés il y a 12 ans. Je suis tellement excitée que mes jus de fruits coulent le long de mes jambes. Ma culotte est juste trempée.”

“Alors monte-la et laisse-moi t’embrasser à nouveau”, dit Jack.

“Dans quelques instants. S’il te plaît, laisse-moi sucer cette belle bite encore un peu. Mon Dieu, j’adore ça. Je me sens tellement dévergondée et sale. J’adore ça Jack, s’il te plaît, laisse-moi te sucer.”

Pour une réponse, Jack sourit et glissa sa bite vers ses lèvres. Il s’arrêta avec le bout qui les touchait. “Tu veux vraiment cette bite ?”

La voix de Marie était à nouveau basse et rauque. “Oui. Oui. Baiser ma bouche. Utilise-la. Donne-la-moi vraiment”, et sa bouche bougeait pour le couvrir pendant qu’il l’enfonçait dans sa bouche. Je savais que ça allait directement dans sa gorge, et bientôt elle a commencé à avoir des haut-le-coeur.

Jack a essayé de l’enlever pour qu’elle puisse respirer, mais Marie n’a rien ressenti. Elle a plongé sa bouche jusqu’à ses couilles, contrôlant quelque peu le réflexe de bâillonnement et bougeant sa tête par petits mouvements courts.

“Oh mon Dieu, oh mon Dieu. Oh chéri”, répétait Jack, ses hanches bougeant légèrement alors que Marie continuait à le prendre dans sa gorge… Puis il l’a tiré presque jusqu’au bout, avant de l’enfoncer à nouveau, en douceur et avec force. Marie se plaignait de son approbation.

Puis elle a tiré sa tête en arrière et lui a léché le crâne. Je pouvais voir sa bite gonfler pendant qu’elle faisait ça. J’avais eu cette bouche sur moi des centaines de fois, et c’était tout aussi excitant. Non, plus que ça. Ma propre bite était dure et je voulais la caresser mais je savais que je ne voulais pas jouir trop tôt.

Marie a continué à se lécher la tête, puis elle s’est mise à lui sucer les couilles, d’abord l’une, puis l’autre.

Bientôt, elle est remontée pour lécher de haut en bas la dureté de son outil, puis pour le mettre dans sa bouche et le sucer avec faim. Pendant des minutes, elle a continué à vénérer cette bite. L’étrangeté d’une nouvelle bite dans sa bouche l’excita et cette excitation fut clairement transmise à Jack.

Peu après, Jack faisait à nouveau entrer et sortir sa bite de sa douce bouche, sa langue léchant d’abord la tête, puis les côtés, puis ses lèvres l’attrapaient et c’était comme si un feu de forêt brûlait en elle. Je savais ce qu’elle voulait, et Jack aussi.

“Tu veux mon sperme ? Dis-le, dis-le !”

Marie gémissait plus fort, mais elle ne s’arrêtait jamais. Elle était maintenant fiévreuse, voulant que cet étranger lui remplisse la bouche.

Au moment où Jack lui jetait la tête en arrière et poussait un grand rugissement guttural, Marie se coinça le visage dans son entrejambe. Je l’ai vu se cogner contre son visage et j’ai su que son sperme rugissait et lui tirait dans la gorge. Elle a gardé son visage là, plaqué contre ses couilles pendant qu’il les vidait, donnant un “ugh, ugh, ugh” à chaque giclée de sperme. Puis Marie s’est retirée et j’ai vu le bord de sa langue sur le dessus de sa bite.

“Ummm, Ummm, Ummm”, gémissait-elle. Elle a levé la tête et a regardé une petite masse de liquide blanc suinter du bout de sa bite, sa main la tenant toujours. Sa langue est sortie pour la lécher, puis ses lèvres se sont refermées sur le dessus de sa bite. Elle la garda là jusqu’à ce que Jack, les jambes bouclées, retombe sur le lit en respirant fortement.

Pour la première fois depuis qu’ils étaient entrés dans la chambre, Marie regarda vers le placard. Elle a fait un petit sourire et s’est léché les lèvres. Puis elle m’a fait un clin d’œil.

J’avais tenu ma bite à la main, en me réjouissant de la scène de ma douce femme qui me faisait une pipe grésillante, mais je m’étais abstenu de me caresser. Quand je l’ai vue se lécher les lèvres, je n’ai que légèrement bougé la main, et il a suffi de deux légers coups de pinceau pour que j’arrive. J’étais sûr que Jack allait entendre mon sperme frapper l’intérieur de la porte du placard, mais il ne l’a pas fait.

Quand je me suis remis, j’ai regardé à nouveau. Jack était toujours allongé. Marie, toujours à genoux, regardait cet homme entièrement vêtu, sa bite à moitié dure dépassant de sa fermeture éclair ouverte, avec un sourire sur le visage.

“Gentil ?”

Jack poussa un soupir. “Oh oui. Oh mon Dieu. Oui. Bon sang. Quel bon petit suceur de bite tu es.”

Marie a un peu ri. “Pourquoi merci, monsieur. Je ferais bien la révérence, mais je suis toujours à genoux.”

Jack se leva pour se reposer sur un coude. Il a tendu la main et a tiré Marie pour qu’elle se repose à côté de lui sur le lit. Aucun des deux ne parla pendant plusieurs minutes, mais Marie avait une main gantée caressant l’outil qui, quelques minutes auparavant, lui avait fait gicler du sperme dans la bouche.

Jack s’est rabattu pour reposer sa tête sur l’oreiller. Marie était maintenant sur un coude.

“Merci, monsieur. C’était délicieux.”

Jack la regarda.

“Je n’ai encore rien fait pour vous.”

“Oh si, vous l’avez fait. D’ailleurs, l’après-midi est jeune. Tu dois y aller ?”

“Je devrais.”

Marie a fait son plus beau sourire.

“Ne pars pas.” Et avec ça, elle s’est penchée pour l’embrasser à nouveau.

Bientôt, ils furent enfermés dans une chaude étreinte, pressés l’un contre l’autre, se balançant doucement d’avant en arrière tandis que leurs lèvres, leurs langues et leurs bras s’exploraient. Lorsqu’ils se sont finalement levés pour prendre l’air, Jack l’a regardée dans les yeux.

“Et votre mari ?”

“Je te l’ai dit. Je dois le rencontrer dans un restaurant ce soir. Il est occupé à interviewer des gens et ne reviendra pas ici. Je suis tout à toi.” Elle a fait une pause. “A moins que tu n’en veuilles plus.”

Jack répondit rapidement.

“Oh oui, je le veux. Et avec cela, il l’embrassa à nouveau, cette fois en mettant sa main dans sa jupe froissée pour la presser contre sa chatte.

“Mon Dieu, tu es trempé.”

“Je te l’avais dit. Je suis tellement chaud que si tu ne me baises pas, je vais y retourner et laisser l’autre gars en avoir. Et je suis sérieux !”

Jack n’a rien dit, mais il l’a encore regardée dans les yeux.

“Où est le téléphone”, demanda-t-il.

Elle montra une table à côté du lit. Jack s’est approché, a décroché le combiné et a composé un numéro.

“Bonjour, Carrie. J’ai une piste pour une nouvelle trouvaille. Je vais sur la 6e avenue, je ne reviendrai probablement pas cet après-midi.”

Il est resté silencieux pendant quelques instants, puis il a ri.

“Oui, tu ne me connais que trop bien.”

Il écouta de nouveau.

“Une brune. Très jolie. Très talentueuse.”

Cette fois, sa pause a été plus longue.

“Pas cette fois, ma chère. Mais je vais le planifier pour la prochaine fois qu’elle sera en ville. Quoi ? Oui, une charmante épouse infidèle, tu as raison.”

Il a dit au revoir et a raccroché.

“Ma secrétaire. Elle me connaît trop bien pour acheter une histoire de couverture.”

Marie avait l’air un peu inquiète.

“Et tu lui as dit ?”

“Maintenant, maintenant. Elle n’a aucune idée de qui tu es et n’en aura jamais. En fait, je ne sais même pas qui tu es. Est-ce que les choses que tu m’as dites en bas sont vraies ?”

“La plupart d’entre elles”, a dit Marie. “Je n’ai pas vraiment eu d’autre homme depuis que je suis mariée et j’en veux un depuis des mois et des mois.”

“Pourquoi moi”, demanda Jack. “Tous les mecs de ce bar te voulaient. Et je peux t’assurer que je n’ai pas le plus gros outil là-bas.”

“Tu étais le plus gentil. La plupart des autres gars étaient trop arrivistes. Quelques-uns étaient carrément grossiers. Oui, je voulais un homme, mais je n’avais pas besoin du genre de choses qu’ils disaient.”

“J’ai eu de la chance.”

“Nous avons de la chance”, disait Marie.

Jack fit une pause. “Vous savez, c’est gênant, mais je ne connais pas votre nom.”

“C’est parce que tu ne m’as jamais demandé. C’est Carole.”

Dans le placard, j’ai secoué la tête. C’était un nom que j’avais utilisé pour Marie les deux fois où j’avais écrit des fantasmes sexuels pour elle.

Jack s’est déplacé pour l’embrasser à nouveau, Mariewas étant maintenant allongé sur le lit. Sa main faisait à nouveau travailler sa chatte et elle bougeait, ondulant sous ses douces caresses.

“Touche mon clito”, disait-elle. Apparemment, il l’a fait, car elle a fait un “ohh” et s’est déplacée avec plus de force contre sa main. Au bout d’une minute ou deux, juste quand il semblait qu’elle montait vers un point culminant, elle a bougé et sauté du lit. Pendant que Jack regardait, elle a commencé à enlever ses vêtements. Lorsque le soutien-gorge en dentelle blanche s’est détaché et que ses gros seins ne sont pas tombés, Jack a parlé. “Nom d’un chien !” Il se dirigea rapidement du lit vers elle et prit ses deux seins dans ses mains.

“Tu aimes ?” Marie était rayonnante, fière de montrer ses trésoriers.

En réponse, Jack approcha sa bouche du premier mamelon et commença à lécher, puis passa à l’autre. Marie, alors même qu’il léchait et suçait ses seins, réussit à défaire un bouton sur le côté de sa jupe et le laissa tomber au sol. Maintenant, elle se tenait debout, en culottes courtes, en dentelle, blanches et imprégnées de son propre jus.

“Déshabille-toi”, lui dit-elle.

Jack s’est arrêté et a reculé. Sans jamais quitter des yeux Marie qu’il déshabillait. Quand il a défait son pantalon, il était encore accroché, et j’ai été surprise de voir que sa bite était de nouveau dure. Il a défait son pantalon et l’a fait tomber par terre, puis son short. Quand ses chaussettes, sa chemise et son maillot de corps ont disparu, Marie a sifflé.

“Alors, tu fais de la muscu ?”

Il avait un corps fort et musclé. Sa bite était presque droite. La langue de Marie bougeait sur ses lèvres. Il semblait qu’elle ne cherchait pas tant à se montrer sexy qu’elle était très excitée par cet homme et réagissait involontairement. Elle se baissa, enleva sa culotte et se dirigea vers Jack. De nouveau, ils se serrèrent l’un contre l’autre, la bouche fermée, chacun avec un bras autour de l’autre, une main tâtonnant entre les jambes de l’autre. Marie tenait sa bite dure dans sa main douce, la déplaçant d’avant en arrière. Jack lui serrait la chatte. Alors que des gémissements presque inaudibles s’échappaient de Marie, il glissa un doigt entre les lèvres de sa chatte et commença à la faire entrer et sortir.

Marie arrêta de l’embrasser et posa sa tête sur son épaule. “Oui”, dit-elle une seule fois. Et elle est venue.

Son corps tremblait dans un rythme de pulsation. Des spasmes la secouèrent et sa bouche s’ouvrit, ses yeux se fermèrent alors qu’elle s’écrasait contre le doigt qui la palpait. “Ahhhhhhh”, dit-elle, et elle s’est retournée une ou deux fois de plus.

“Mon Dieu”, dit-elle au bout d’un moment ou deux. “C’était quelque chose. Je n’ai jamais été touchée par un doigt.”

Elle l’embrassa à nouveau, un baiser rapide.

“Maintenant, mon beau, prends-moi. Je veux ta bite en moi.”

Jack n’avait pas besoin qu’on lui demande deux fois. En un instant, Marie était sur son dos et il glissait sa bite entre les plis de sa chatte.

“Oh comme c’est gentil”, s’écria-t-il.

Marie était plus ouvertement charnelle. “Baise-moi, Jack. Je veux que tu me baises.”

Son corps bougeait d’avant en arrière alors qu’il se glissait entre elle et lui.

“Je t’ai mouillé”, dit-il, et il la poussa assez fort pour que ma femme gémisse profondément… ma femme est maintenant sur le dos avec le membre dur d’un autre homme qui lui donne la baise qu’elle lui avait demandée.

De mon point de vue, je ne pouvais pas voir son visage. Mais je pouvais voir son cul bouger de haut en bas, lui donnant coup sur coup.

Il n’a pas fallu longtemps à Marie pour recommencer à grimper vers le bonheur sexuel.

“Oh oui”, dit-elle. “Fais ça. Juste là. Oh oui. Je vais jouir. Je vais jouir.”

Et pendant plusieurs minutes, ce furent les derniers mots cohérents qui sortirent de sa bouche, mais loin des derniers sons. Des gémissements, des cris, des hurlements émis par ma femme dévergondée. Son corps bougeait dans un rythme sensuel.

De temps en temps, j’apercevais sa bite, plongeant dans sa chatte, et j’entendais le bruit de la chair qui se heurtait à la chair, et le son inimitable d’une bite dure plongeant dans une chatte mouillée.

J’ai adoré chaque seconde. Ma bite était à nouveau dure, et je la caressais en regardant Marie lever ses jambes et les enrouler autour de Jack. Il se reposait sur ses mains, le haut de son corps se soulevait, et continuait à lui enfoncer la queue.

“Encore une fois”, Marie a haleté. “Oui, oui, oui, oui, oui, oui.”

Et soudain, son corps tendu se relâcha et elle retomba, les jambes toujours bloquées autour de la taille de l’homme qui se tenait au-dessus d’elle.

C’était maintenant au tour de Jack de demander. “As-tu aimé ça ?”

Marie pouvait à peine parler. Mais elle a réussi à souffler un “oh oui”.

Après être resté immobile pendant quelques instants, Jack se remit à bouger, lentement.

“Oh non”, dit Marie. “Oh non.” Mais il était déjà trop tard. Son corps très excité répondit à son appel et elle se mit à gémir et à tourner la tête d’avant en arrière. Je pouvais voir brièvement son visage lorsqu’elle la balançait d’un côté à l’autre. C’était une femme en chaleur, et rien de ce qu’elle pouvait faire ne pouvait l’empêcher d’avoir un autre orgasme.

Cela n’a pris que quelques instants et elle jouissait à nouveau. Cette fois-ci, cela a dû être long et lent, car un gémissement a commencé quelque part au fond d’elle et a continué, augmentant en tonalité et en volume jusqu’à ce qu’elle fasse un “ugh, ugh, ugh” et se rebelle contre lui plusieurs fois, puis recule. Sa passion est passée.

“Reste absolument tranquille, ma chère, laisse-moi jouir”, dit Jack.

Et avec ça, elle a commencé à la baiser lentement.

J’ai vu ses couilles se serrer contre son cul. Il était prêt à tirer, mais il a réussi à se retenir tout en continuant à baiser lentement Marie.

Elle le regardait droit dans les yeux, et son visage était bloqué par le haut de son corps, mais je pouvais l’entendre.

“Oh oui, mon Dieu oui. Donne-moi ça. Tirez-moi dessus. Je veux le sentir. Je veux ton sperme. Oh Jack, Jack, baise moi et tire ce joli sperme en moi.”

Jack a soudain donné trois ou quatre coups rapides et a crié. “Voilà, petite salope. La voilà.”

“Oh doux, doux, doux”, dit Marie encore et encore.

Quand il a fini de la pomper, Jack s’est effondré sur elle et est resté allongé, respirant profondément.

Marie l’embrassa sur la joue.

“Oh, quel doux sperme”, dit Marie.

Pendant de longues minutes, ils sont restés allongés là. Je n’arrivais pas à y croire. Elle l’avait fait. Elle l’avait fait pour moi, c’est vrai, mais elle venait de recevoir une baise qui lui procurait beaucoup plus de plaisir que même elle aurait pu le soupçonner. Cela m’avait certainement fait plaisir. Maintenant, je savais avec certitude que j’aimais regarder ma femme faire l’amour avec un autre homme.

Je pensais qu’ils s’étaient endormis quand Jack s’est lentement éloigné d’elle.

“Merci, ma douce”, dit-il. “C’était merveilleux.”

Marie a ri. “Ma douce ? Il y a quelques minutes, j’étais ta salope.”

“Oh,” dit Jack. “Je suis désolée. Je parle parfois mal quand j’éjacule,”

“Oh non, Jack. J’ai adoré. J’ai toujours voulu être une salope. J’ai adoré quand tu m’as appelé comme ça.”

“O.K.”

“J’aime être ta salope, Jack. Tu es un amant merveilleux.”

Jack ne répondit pas mais commença à se lever du lit.

Je pouvais voir le visage de Marie maintenant et la déception soudaine et aiguë se manifesta aussitôt.

“Tu dois partir ?”

Jack se mit à côté du lit et secoua la tête.

“Il faut que je fasse pipi. Mais je vais revenir.”

Marie sourit, un sourire qui éclairait la pièce comme une lumière vive.

Quand Jack est entré dans la salle de bains et a fermé la porte, Marie est sortie du lit comme un coup de feu et s’est dirigée vers le placard en deux temps. Elle a poussé la porte coulissante et m’a regardé, le liquide blanc de Jack roulant sur sa jambe.

“Eh bien, c’est ce que tu voulais”, a-t-elle chuchoté.

Je n’ai pu que hocher la tête.

J’étais assis et sa chatte était presque au même niveau que ma tête. Marie a tendu la main et a pris ma tête dans une main, l’amenant avec force à sa chatte.

Et puis ma douce petite femme soumise a de nouveau chuchoté.

“Alors, lèche ça !”

Je l’ai fait, et j’aurais continué à le faire sauf que ma femme s’est éloignée et a fermé la porte. Elle était de retour au lit, maintenant avec la couverture baissée, quand Jack est sorti de la salle de bain, sa bite maintenant flasque.

Il s’est glissé dans le lit à côté d’elle et l’a embrassée.

“Es-tu absolument sûre que ton mari ne reviendra pas nous surprendre, Carole ?”

Marie sourit. “Jack, je peux t’assurer que mon mari n’est pas un problème.”

“Alors, ma douce, comme tu dis, l’après-midi est jeune. Maintenant, parlons un peu. Je veux en savoir plus sur toi.”

“Que voulez-vous savoir, Jack ?”

“Tout. Mais surtout si je peux t’appeler dans le Vermont et venir te voir.”

À mon grand étonnement, Marie a fait un signe de tête. “Oui, je peux arranger ça. J’aimerais beaucoup que tu viennes là-bas. Je ne pourrai pas passer la nuit chez toi, jamais. Mais nous pouvons nous rencontrer.”

“Et baiser ?”

“Très certainement.”

“Mon Dieu, quelle trouvaille tu fais, Carole.”

Je savais que Marie appréciait les dernières lueurs d’une séance de sexe excitante. Son visage rayonnait, et elle avait l’air si heureuse.

“Maintenant, allonge-toi, Jack. On a encore beaucoup de temps et je veux goûter à nouveau à ta belle bite. Je veux que ça soit dur pour que tu puisses me baiser. Tu veux encore baiser ta petite salope ?”

Jack n’a pas pris la peine de répondre alors que la tête de Marie tombait encore une fois pour sucer son outil. Cette fois, je pouvais bien la voir, de côté, et il n’a pas fallu longtemps pour que le pénis mou se raidisse et s’allonge. Marie regarda à nouveau vers la porte du placard et fit un clin d’œil.

Je savais alors que je ne sortirais pas de ce placard avant un bon moment, et cela ne me dérangeait pas du tout.

Belle bite pour une salope aux gros nichons