Clique sur la photo de Le joueur de billard pour voir son profil !

Pour tout, il y a une première fois. Cette histoire concerne la première fois que mon mari, Patrick, et moi avons fait la fête avec un autre homme. Patrick et moi avons parlé de l’ouverture de notre mariage, mais jusqu’à cette nuit-là, ce n’était que des paroles. Mais nous savions que ce n’était qu’une question de temps avant d’aller jusqu’au bout, avant d’inviter un autre homme dans notre lit, dans ma chatte !

C’est arrivé assez soudainement. Nous étions dans un club, en train de jouer au billard un mardi soir. Le club était calme, avec un total d’une vingtaine de personnes dans tout l’endroit. Nous avons joué tranquillement au jeu de la boule de huit. J’aimais taquiner Patrick, tant par mes paroles que par mes actes. Je suppose que je devrais expliquer comment j’étais habillé.

Chaque fois que nous sortons, je le laisse toujours choisir ce que je vais porter. J’ai commencé cela pour une bonne raison. Si un homme s’intéressait trop à moi, Patrick ne pouvait pas dire que c’était à cause de ma façon de m’habiller, parce qu’il choisissait ce que je portais. Ce soir-là, il a choisi une jupe en cuir noir, avec sept boutons dans le dos, un tuyau, des jarretières, des pointes de quatre pouces (qu’il appelait toujours mes pompes “fuck me”) et un chemisier en satin rouge. Pas de soutien-gorge, pas de culotte.

Je dois avouer que j’étais vraiment sexy ! Mes seins du 38DD poussaient contre le chemisier de satin ; mes tétons étaient bien visibles. Savoir qu’ils étaient si proéminents m’a rendu encore plus sexy, ce qui les a fait ressortir encore plus. J’ai commencé la soirée avec cinq des sept boutons de la jupe, et le chemisier était entièrement boutonné, à l’exception du col. J’avais l’intention de révéler plus de peau au fur et à mesure que la nuit avançait, mais pour commencer, je voulais laisser beaucoup de place à l’imagination. Ce club a trois tables, et nous jouions au fond, près des toilettes. Le seul autre jeu se trouvait à l’autre bout. Au fur et à mesure que la nuit avançait, je me suis rendu aux toilettes, surtout pour ajuster mes vêtements. À chaque fois que je revenais, il y avait un bouton de moins sur ma jupe et un bouton de moins sur ma blouse encore boutonnée. À dix heures ce soir-là, il ne me restait plus que deux boutons sur ma jupe et trois sur mon chemisier.

Mes longues jambes clignotaient à chaque fois que je marchais ; mes seins étaient là pour que quiconque puisse les observer alors que je me penchais pour tirer une balle. J’avais l’œil sur l’un des tireurs de l’autre table. Il avait les yeux sur moi. Ou peut-être devrais-je dire sur mes seins. Il regardait mon chemisier chaque fois que je me penchais pour tirer, et Patrick me disait qu’à chaque fois que je me penchais, le gars attendait que je tire avant de continuer son jeu. Oui, le garçon était intéressé.

Patrick les a invités à jouer contre nous en équipe. Le plus grand, Jerry, m’avait regardé toute la nuit. Son ami, Jim, était mignon aussi. Il s’est avéré que Jerry était de l’Utah, Jim était du coin. Les deux hommes travaillaient pour la même entreprise. Jerry était en ville pour la semaine. Patrick nous a présentés aux deux hommes. Jerry a tendu la main pour moi, mais je me suis avancé et je l’ai embrassé carrément sur les lèvres. Je voulais que ce soit un baiser amical, mais il avait d’autres idées. En pressant ses lèvres contre les miennes, il a poussé ma bouche ouverte avec sa langue, au milieu de l’aire de jeu, avec Patrick juste là ! Putain ! J’aimais le style de ce type !

Je n’ai même pas essayé de serrer la main de Jim. Je me suis dit que si je le faisais, je pourrais finir par me faire baiser juste là dans le club ! On a commencé à tourner et j’ai commencé à flirter. Après une petite discussion, le sujet d’un pari est apparu. Je savais que Jerry n’était pas intéressé par mon argent, il voulait autre chose. J’ai joué la timide et je lui ai demandé ce qu’il devait parier. Il m’a dit de nommer les enjeux. En regardant Patrick pour le guider, il n’a fait que sourire et hausser les épaules. J’étais seul.

“Je suppose que je pourrais vous parier une heure de mon temps contre, disons, cent dollars ?”

“Madame, vous avez un pari ! Si vous gagnez, je vous donnerai un billet de 100. Si je gagne, je vous laisse seule pendant une heure.”

“Oh non. Si je gagne, j’ai les cent dollars, mais si vous gagnez, vous m’avez pour une heure, mais pas seule.”

Il s’est penché plus près de moi, assez près pour sentir son souffle chaud sur mon oreille, et a murmuré : “Bébé, ce que je veux te faire, nous devons le faire en privé.”

En prenant du recul, et en parlant assez fort pour que lui, son ami et mon mari puissent tous m’entendre, j’ai dit : “Jerry, tout ce que tu veux me faire, tu peux le faire devant Patrick. Et Jim aussi, s’il est intéressé”.

“Je ne pense pas que vous compreniez…” a-t-il commencé.

“Oh, je comprends très bien. Tu peux me baiser, mais seulement devant mon mari. Marché conclu ?” Pour qu’il sache que je suis sérieuse, j’ai repris le pas que j’avais fait, je me suis tenue tout près, j’ai mis ma main entre ses jambes de pantalon et j’ai serré sa bite très fort. Sa bite était dure comme un roc ! Il a regardé Patrick, qui regardait ma main caresser la bite de Jerry. Patrick a de nouveau haussé les épaules. C’était tout l’encouragement dont Jerry avait besoin.

“Caresse-les, salope. On y va !”

Comme je l’ai dit, je suis un sacré joueur de billard, mais ce garçon était aussi bon que moi. J’ai joué, il a cassé, et il a failli faire tomber la table. Chaque fois qu’une boule tombait dans une poche, un frisson me montait à la colonne vertébrale. Dans ma colonne vertébrale et dans ma chatte ! Il a coulé toutes les boules sauf la boule 8 à son premier tour. C’était mon tour. J’ai d’abord regardé Jerry, puis Jim, et ensuite, j’ai regardé Patrick une fois de plus. Le gonflement de son jean m’a raconté toute l’histoire. Je n’ai fait qu’un seul tir. J’ai coulé la boule 8.

“Merde ! On dirait que j’ai perdu. Prêt à partir ?” J’ai demandé aux trois hommes qui regardaient encore avec incrédulité le billard. Il était évident que j’avais fait exprès de perdre la partie. Patrick a juste souri. Jerry avait l’air de ne pas y croire, et Jim, eh bien, Jim était encore un peu confus.

“Où est-ce que vous restez ?” J’ai demandé à Jim.

“Au Hilton. Chambre 832.”

“Je te suis. Je vais m’arrêter chez moi et prendre quelque chose. Mais c’est sur le chemin. On se voit dans une demi-heure.”

J’ai quitté le club comme un tireur, et j’ai couru jusqu’à la maison. J’avais laissé Patrick avec les deux gars. Comme ça, ils savaient que j’allais vraiment me montrer à l’hôtel. Je savais ce que j’allais faire. Quand j’ai atteint mon placard, je n’avais déjà plus de chemisier ni de jupe. J’ai retiré une chemise de nuit noire transparente, longue comme le sol. Par-dessus la chemise, j’ai enfilé mon manteau et je me suis dirigée vers l’hôtel. Je me suis arrêtée devant la chambre d’hôtel avec quelques minutes d’avance. Avant de partir, j’ai jeté mon manteau à l’intérieur de la voiture. Merde ! Debout dans un parking sombre, aussi bien que nu, mes seins et ma chatte étaient clairement visibles à travers la robe. Mes talons ont claqué sur le trottoir. J’étais prêt à être baisé !

La porte s’est ouverte avant que j’y arrive. Je suis entrée et j’ai regardé Patrick. Il a regardé sa femme entrer dans la pièce, presque nue, visiblement en quête d’action. J’ai réalisé que je devais faire démarrer les choses.

“Eh bien, Jerry, me voilà. Je crois que tu voulais que je me fasse quelque chose ?”

Il a regardé Patrick, puis a tendu la main et a touché mon sein droit. En m’approchant de Jerry, j’ai trouvé le loquet de sa fermeture éclair.

“Il faut l’ouvrir si je veux te donner ton heure de gloire, n’est-ce pas ?”

Il n’a pas répondu quand j’ai baissé le fermoir de la fermeture. En quelques secondes, ma main entière était à l’intérieur de son jean. J’ai senti sa bite pousser tandis que mes doigts s’enroulaient autour d’elle. J’ai sorti ma main, et sa bite. Je me suis agenouillé devant lui, devant sa bite qui se durcissait. En regardant Patrick, qui regardait sa femme sortir la bite d’un autre homme de son pantalon, j’ai pris la bite de Jerry dans ma bouche. Sans quitter mon mari des yeux, j’ai commencé à sucer la bite de l’autre homme. La pièce s’est animée. Jim m’a entourée par derrière, en me pinçant les seins, en les serrant, en me tordant les mamelons avec ses doigts. Ses mains ont senti mes seins. Patrick s’est approché de moi, assez près pour que je libère sa bite comme j’avais libéré celle de Jerry.

Avec la bite de Jerry dans ma bouche, et la bite de mon mari dans ma main, et les mains d’un autre homme qui sentait mes seins, je me suis sentie comme une vraie salope ! C’était une bonne sensation. J’étais une pute devant l’homme que j’aimais ! Jerry a sorti sa bite de ma bouche et m’a aidée à me relever. Je n’arrivais pas à y croire. J’étais sûre qu’il allait entrer dans ma bouche. J’ai commencé à paniquer. Je n’étais pas encore prête à m’arrêter. Je voulais plus qu’un simple échantillon de la bite d’un étranger à sucer ! Je n’avais pas à m’inquiéter. Je n’étais pas plus tôt sur pied, puis Jerry m’a ramassé et m’a porté jusqu’au lit. En m’allongeant sur le matelas, il a aligné mon cul sur le coin du lit. Il m’a attrapé par les chevilles, a écarté mes jambes et a déplacé sa bite dure entre elles.

“Tu ne t’en sortiras pas avec une simple pipe, bébé. Je veux baiser ta chatte !” J’ai senti sa bite glisser en moi. C’était la première nouvelle bite à me baiser depuis que j’avais épousé Patrick. Et ça m’a fait du bien. Jerry a levé mes jambes en l’air, ce qui a fait glisser ma robe sur mes jambes. Quelle image j’ai dû faire, alors que cet homme se tenait au coin du lit, poussant sa bite dure en moi, tandis que mon mari se tenait là, me regardant prendre une bite étrange comme une pute à deux balles. J’ai fait un geste pour rapprocher Patrick. Il savait ce que je voulais et il me l’a donné. Pendant que Jerry me baisait la chatte, Patrick me baisait la bouche ! Jim se tenait sur le côté et je lui ai branlé la bite à l’unisson avec les deux hommes qui étaient en moi. J’ai senti la bite de Jerry se raidir, je l’ai senti pousser plus profondément dans ma chatte. Je savais qu’il allait venir, pour me gicler un sperme étrange. Je me sentais comme une pute ! Je connaissais cet homme depuis moins de trois heures, et il me baisait comme un clochard. Quand sa bite a explosé en moi, j’ai senti que l’orgasme de Patrick commençait à se faire sentir. Jerry est sorti de moi, mais avant que j’aie eu le temps de rassembler mes jambes, j’ai senti une autre bite entrer dans ma chatte mouillée et usée ! C’était Jim. Je m’en fichais. Je voulais qu’il me baise aussi, je voulais être utilisée, être traitée comme une salope. Il a duré moins d’une minute, sa jouissance a jailli en moi quand Patrick est entré dans ma bouche ! Je n’avais jamais ressenti ça avant. Je n’avais jamais vu un homme passer sa came dans ma chatte pendant qu’un autre me tirait sa charge au visage ! Patrick s’est éloigné de mes lèvres, ne laissant que le souvenir de sa bite chaude. Mais il n’est pas allé bien loin.

J’ai senti que quelqu’un me léchait, léchait ma chatte, ma chatte bien baisée et débordante. C’était Patrick ! J’ai compris pourquoi il l’avait fait. Il me montrait que j’étais toujours à lui, qu’il m’aimait toujours. Dès que j’ai senti sa langue sur mon clitoris, j’ai fait ce que je devais faire. J’ai joui ! Oh, j’ai joui ! Jerry et Jim s’étaient rétablis. L’un d’eux était dans ma bouche, l’autre me léchait les seins. Je ne savais pas qui avait fait quoi, et je m’en fichais. Cette nuit-là, chaque homme est venu deux fois dans ma chatte, une fois dans ma bouche, et l’un d’eux, (je ne sais toujours pas lequel c’était) est venu dans mon cul ! Il faisait jour avant que nous ne quittions cette chambre d’hôtel. Je ne me souviens pas de grand-chose sur mon départ, seulement que j’étais plein de sperme, qui s’écoulait de deux trous. Un des hommes m’a offert un drap pour couvrir mon corps presque nu pendant le trajet jusqu’à la voiture, mais j’ai refusé, après tout, je suis arrivée là comme une pute… j’étais déterminée à partir comme une pute aussi. Patrick m’a ramenée à la maison et m’a mise au lit. La dernière chose dont je me souviens de cette nuit-là, c’est la bouche de Patrick, embrassant la mienne, et puis… embrassant ma chatte !

Le joueur de billard