Clique sur la photo de Salope trouve deux copains de baise pour voir son profil !

Ils venaient de faire l’amour et Carole caressait oisivement le pénis encore charnu mais plus tout à fait en érection de Samir quand elle a commencé à lui parler de sa dernière conquête. Tous deux trouvaient si rafraîchissant d’être libérés de la jalousie, de pouvoir partager des révélations intimes comme celle-ci,

“Il est si mignon, Greg est, un vrai rêveur. Lisse, élégant et garçon, et un si joli visage. Un véritable Adonis.

Un étudiant en art, seulement dix-neuf ans. De grands yeux verts. Très gentil, un peu timide. Mais, bon sang, il est toujours excité ! Il enlève ses vêtements et tout de suite, sa bite se dresse au maximum. Une belle bite aussi. Dure, épaisse, joliment formée. Un peu comme la tienne, Samir. Et un cul absolument fantastique, si lisse et parfaitement formé et ferme”.

Surtout avec ce dernier détail, Carole a cru sentir la queue de Samir se raidir un peu. C’était un bâtard viril, Samir l’était. Il ne fallait pas grand-chose pour exciter sa libido, surtout des pensées de bottoms excitants.

“Tu aimes entendre parler de lui, n’est-ce pas ?”, a-t-elle taquiné en ronronnant à son oreille, “je parie que tu aimerais baiser son jeune cul serré. Il est vierge à cet égard aussi. Hétéro, il a juré qu’il ne l’avait jamais fait avec un homme. Mais quand même, je pense qu’il a du potentiel. Et je crois que j’ai le jeune chiot enroulé autour de mon petit doigt.”

“Je n’en doute pas, Carole”, dit Samir avec un sourire narquois, sachant que les ruses de Carole pouvaient être très, très efficaces, surtout avec des hommes jeunes et inexpérimentés.

“Alors, aimerais-tu rencontrer Greg ?” a-t-elle demandé, “Vous vous entendriez bien tous les deux. J’ai l’impression que vous trouveriez que vous avez des intérêts communs.”

“On dirait que c’est déjà le cas, ta chatte, Carole,” dit Samir.

“Ça c’est sûr, mais il y a d’autres centres d’intérêt communs, je suppose.”

Carole a donc proposé d’inviter Samir et Greg chez elle la semaine suivante. Elle cuisinerait un bon repas romantique pour les trois. Les deux hommes apprendraient à se connaître un peu, à se tâter l’un l’autre. Et ensuite, qui sait ce qui pourrait se passer lorsque les ruses sexy de Carole se mettraient en marche.

En ce moment en webcam sexy

“Tu as faim, Samir ?”

“Oui, je ne serais pas contre un petit quelque chose à manger.”

Les yeux brillants de convoitise, un sourire narquois illuminant son visage, Carole s’est retournée sur le ventre, se retournant pour ouvrir ses fesses.

“Pourquoi ne prends-tu pas un peu de ceci, alors. Je sais que c’est l’un de tes plats préférés.”

Sans hésiter, Samir a calé son visage entre les fesses séduisantes de Carole, chaudes et accueillantes, et a commencé à savourer la délicieuse bouchée dissimulée entre les deux joues. Carole a soupiré, sa satisfaction de cette attention étant évidente.

“Quel bon garçon tu es”, a-t-elle chuchoté doucement, en se penchant par-dessus son épaule pour passer ses doigts sensuellement dans ses cheveux pendant qu’il se régalait, “en faisant un tel repas de ta douce Carole !”.

Une semaine plus tard, Samir et Greg terminaient un somptueux dîner que Carole avait préparé. Les deux hommes, bien conscients qu’une chose qu’ils avaient en commun était une intimité partagée avec Carole, ne pouvaient qu’être très attentifs l’un à l’autre. Tout cela n’était qu’une petite conversation, mais Carole sentait clairement que Samir, en particulier, évaluait soigneusement le jeune homme. Samir n’avait même pas encore trente ans, mais pour lui, cette jeune fille de dix-neuf ans ne devait être qu’un bébé. Et connaissant Samir comme elle le connaissait, Carole a deviné que le jeune Greg avait l’approbation de Samir. Plus d’une fois, elle l’a surpris en train d’examiner Greg, et Greg, bien que plus réservé et circonspect, semblait tout aussi fasciné par Samir.

“Tu sais, il fait plutôt chaud et j’ai envie de m’allonger un moment,” dit Carole aux deux hommes, “Je pense que je vais aller dans la chambre. Vous êtes tous les deux invités à me rejoindre si vous le souhaitez.”

Ils ont suivi Carole dans sa chambre, en regardant tous les deux sa forme peu vêtue. Elle avait porté une courte jupe en soie et un haut moulant, les contours de son corps se révélant de façon éclatante.

“Cela ne vous dérange pas que je me déshabille, n’est-ce pas ?”. a demandé Carole d’un air timide, un sourire narquois illuminant son visage alors qu’elle retirait son haut. Elle ne portait pas de soutien-gorge en dessous et ses seins ont été soudainement révélés aux deux hommes. Ensuite, elle a fait glisser ses chaussures et ses bas, puis a dézippé sa jupe, l’a enlevée et a baissé sa culotte très séduisante et très dentelée.

“Ah, c’est si agréable de s’allonger comme ça”, a-t-elle dit en s’étirant sur son grand lit.

Sans un mot de plus pour les deux hommes, Carole a fermé les yeux, semblant soudainement inconsciente de leur présence. Elle a écarté ses jambes et a glissé une main entre elles, se caressant. Samir et Greg ont regardé en silence Carole commencer à se masturber. Samir s’y attendait, mais pas Greg, qui a regardé Carole d’un air ébahi et sans sourciller.

“Elle adore jouer avec elle-même”, a dit Samir, le ton désinvolte comme si c’était un événement quotidien, Carole se masturbant à la vue de deux hommes. Greg continuait à rester sans voix.

“Carole dit que tu es un assez bon baiseur, que tu as une belle queue bien dure,” dit Samir, toujours aussi décontracté. Greg jeta son regard sur Samir, son choc encore plus profond, rougissant maintenant.

“Elle… elle… a dit ça ?” a-t-il balbutié.

“Oui, et bien tu sais, Carole. Elle adore se faire baiser. Et qu’as-tu pensé de la façon dont elle a sucé ta queue ? Je suis sûr qu’elle l’a sucé, n’est-ce pas ?”

“Euh- ouais- elle l’a fait.”

“A fait quoi ?” dit Samir avec un sourire malicieux.

“Sucé- sucé ma bite,”

“Eh bien, tu as aimé ça ? Elle était bonne ?”

“Ouais, euh huh, elle- elle- était vraiment bonne,” marmonna Greg d’une voix cassée.

“Et sa chatte, plutôt savoureuse, n’est-ce pas ? poursuivit Samir.

“Euh- ouais-”

Samir regarda entre les jambes de Carole, le regard de Greg suivant.

“Regarde cette chatte, regarde comme elle se mouille. Tu lui as aussi léché le cul ?”

Cette franchise était trop forte pour Greg qui a répondu à Samir par un silence stupéfié. Soudain, Samir a défait sa fermeture éclair et a sorti sa bite, une bite presque entièrement érigée. Les yeux de Greg se sont braqués dessus comme des lasers.

“Je suis sûr que tu l’as fait. Je connais Carole. Si elle veut faire l’amour à un homme, elle va s’assurer qu’il lèche son joli cul,” dit Samir, ses yeux s’inclinant vers l’entrejambe de Greg. “Pourquoi ne sors-tu pas le tien aussi ?”.

Greg a hésité un moment, puis a sorti le sien. Les yeux de Carole étaient toujours fermés alors qu’elle écoutait en se grattant la chatte. Les deux hommes ont regardé Carole, puis se sont regardés l’un l’autre en donnant des coups de poing à leurs propres bites.

“Regarde-la”, dit Samir, “elle est tellement baisable, tu ne trouves pas ?”.

“Oui, elle l’est”, dit Greg, sa voix plus détendue, entrant dans ce groove intime, le rapport masculin prenant le dessus sur la discrétion initiale.

“Comment l’as-tu baisée la première fois ? demande Samir.

“Oh, tu sais, je me suis mis sur le dessus, puis nous avons roulé et elle était sur le dessus.”

“Est-ce que tu l’as abordée par derrière, elle adore ça”, dit Samir.

“Oui, je l’ai baisée de cette façon aussi.”

Carole écoutait. Cela se passait comme elle l’avait espéré, Greg était choqué au début, puis il se réchauffait rapidement au fur et à mesure que lui et Samir se masturbaient avec elle. Elle a ouvert les yeux.

“Vous avez l’air de vous amuser tous les deux”, a-t-elle dit, en regardant Samir, puis Greg. Puis Carole a refermé les yeux, a écarté ses jambes encore plus largement, de façon encore plus provocante, et a continué à se doigter. Maintenant, Samir s’est assis sur le lit à côté de Carole et a incité Greg à le rejoindre de l’autre côté. Samir a saisi l’un des seins de Carole et a commencé à le masser sensuellement, en serrant le mamelon entre ses doigts, le rendant rigide. Suivant son exemple, Greg a malmené l’autre sein de Carole.

“Jolis seins, hein ? dit Samir, en regardant Greg droit dans les yeux.

“Ouais.”

Samir a descendu sa bouche pour sucer un téton, tandis que Greg lui emboîtait le pas en suçant l’autre. Pendant qu’il suçait son téton, Samir a fait glisser sa main sur son ventre lisse et est descendu entre ses jambes, retirant la propre main de Carole. Les yeux toujours fermés, elle est restée allongée comme une poupée de chiffon, laissant les deux hommes la caresser.

“Cette chatte est humide !” dit Samir, “Touche-toi un peu, Greg.”

Greg a glissé sa main vers le bas pour rejoindre celle de Samir, leurs doigts ensemble sondant Carole alors qu’elle se laissait paresseusement aller à leurs caresses. Les yeux toujours fermés, elle a tendu la main vers le bas pour saisir leurs deux tiges rigides, les massant de manière experte. Elle avait été impressionnée par la queue du jeune Greg lorsqu’elle avait posé les yeux dessus pour la première fois. En plaisantant, elle lui a demandé combien de pouces il portait en bas. Quand il lui a répondu “huit”, elle n’a pas été surprise, sachant que les hommes sont si désireux de déterminer leurs statistiques, surtout si ces statistiques sont impressionnantes. Il était beau et épais aussi. Samir avait peut-être un avantage sur Greg dans le département des dotations, mais juste un peu. En tout cas, cela plaisait énormément à Carole d’avoir baisé les deux hommes, que les deux bites qu’elle était en train de fouetter aient été enfouies en elle. Et maintenant, les deux hommes étaient là, ensemble, excités par elle à nouveau.

“Greg ? Je vais te montrer quelque chose d’autre que Carole apprécie, quelque chose que tu ne connais peut-être pas encore,” dit Samir, se déplaçant soudainement au pied du lit, calant un oreiller sous les fesses de Carole et écartant encore plus ses jambes. “Tiens ses chevilles pour moi et tire ses jambes en arrière.”

Greg a obéi à l’insistance de Samir, en saisissant les chevilles de Carole. Cela a eu pour effet d’exposer vivement les fesses de Carole. Samir, affamé, a baissé son visage et a commencé à lécher la chatte délicieusement crémeuse de Carole sous le regard attentif de Greg. Puis il a abaissé sa langue jusqu’à son trou du cul. Elle a soupiré quand elle a senti la langue chaude et glissante frôler son sphincter, ayant toujours envie de cette délicieuse sensation. Et en tournant les yeux, Carole pouvait voir, à quelques centimètres de son visage, la queue de Greg, rigide, imposante. Elle l’a incité à s’approcher un peu plus et a léché le manche du jeune homme pendant que Samir léchait avidement ses fesses.

“Maintenant, elle va avoir besoin de ça”, dit Samir en atteignant un tiroir de la table de nuit où il savait que Carole gardait toujours du lubrifiant. Il en a mis une grosse noisette entre ses joues et a glissé un doigt de manière experte dans son passage anal et dans son rectum. Carole a gémi lascivement en sentant l’intrusion, prenant maintenant la queue de Greg entre ses lèvres et la suçant.

“Tiens, aide-moi Greg”, a insisté Samir en retirant son doigt et en tenant les joues de Carole ouvertes, “glisse un doigt et aide-la à s’ouvrir”.

Greg a lâché les chevilles de Carole et elle s’en est emparée elle-même, tirant ses propres jambes en arrière pour donner aux deux hommes un accès facile et complet à ses fesses échauffées pendant qu’elle continuait à sucer la jeune queue dure de Greg. Greg, un peu incertain de lui-même mais mis en confiance par l’insistance de Samir, a maintenant glissé un de ses doigts dans les fesses de Carole.

“Joli et serré, attends de voir ce qu’elle aime d’autre là-haut”, a-t-il dit, regardant directement Greg alors qu’il ramenait sa bite entre les jambes de Carole, plus près de sa cible. Mais d’abord, il a de nouveau glissé un de ses doigts à côté de celui de Greg, les deux hommes s’enfonçant ensemble dans les fesses de Carole. Carole avait envie de cette nouvelle intimité, les deux hommes, ensemble, la sondant analement comme ça. Finalement, Samir a retiré son doigt, Greg faisant de même. Puis il a rapproché sa queue, faisant travailler le bout contre l’anus de Carole.

“Pourquoi n’aides-tu pas Samir à le mettre en moi,” lui a dit Carole, s’interrompant momentanément de le sucer.

“Oui, Greg”, a dit Samir, en saisissant le poignet de Greg et en ramenant sa main vers la queue de Samir, l’incitant à saisir la tige d’acier. Encore une fois, Greg a été soudainement choqué par le silence car il se trouvait maintenant à tenir le pénis en érection d’un autre homme. Carole, la bite de Greg entre ses lèvres, regardait vers le bas pour profiter de la vue.

“Enfonce-la dans son trou du cul”, siffle Samir d’un air lubrique à l’intention de Greg, qui l’oblige, appuyant plus fermement le bout de la bite de Samir contre l’anus de Carole, tandis que Samir pousse maintenant en avant, introduisant lentement et habilement pouce après pouce sa bite rigide dans les recoins chauds des fesses tendres de Carole. Alors qu’il commençait à baiser le cul de Carole sérieusement maintenant, Greg a retiré sa main, en regardant attentivement.

“Qu’est-ce qu’il me fait, Greg ? Qu’est-ce qu’il fait ?” Carole a ronronné de façon taquine.

“Il est euh… il est en train de baiser ton cul.”

“Oui, il le fait. Et c’est si bon aussi, c’est si bon d’avoir une belle grosse bite épaisse et dure dans ton cul, Greg,” dit Carole en passant un doigt entre ses lèvres, en le mouillant, puis en ramenant ce doigt derrière les couilles de Greg et en le faisant glisser dans son derrière.

“Et quel joli cul tu as, Greg, il est si serré et lisse là-dedans,” dit-elle, en sondant, en creusant plus profondément. Elle n’avait pas l’intention de dire franchement à ce stade que Greg devait s’en prendre plein les fesses, mais elle savait qu’il avait compris le message. Bien que Greg soit un jeune amant viril et excité, il était aussi un garçon plutôt obéissant, acquiesçant volontiers à Carole. Elle sentait qu’il avait un côté soumis, que, d’une certaine façon, il ferait un excellent cul. C’était une des raisons pour lesquelles il était ici avec elle et Samir.

Carole a repris la queue de Greg dans sa bouche, en doigtant son trou tandis que Samir s’emparait lui-même des chevilles de Carole, repoussant ses jambes, les mettant en portefeuille alors qu’il continuait à baiser ses fesses sans relâche, sensuellement. Son autre main libérée maintenant, elle l’a fait descendre entre ses jambes jusqu’à sa chatte, se faisant plaisir, alors que, quelques centimètres plus bas, elle continuait à recevoir le plus sublime des massages rectaux, grâce à la superbe queue rigide de Samir.

Alors qu’il baisait Carole, Samir a découvert que son visage n’était qu’à quelques centimètres de celui de Carole, à quelques centimètres seulement de l’endroit où la queue épaisse de Greg se nichait entre les lèvres pulpeuses et affamées de Carole. D’une certaine façon, il aimait ça, il aimait cette vue de Carole suçant la bite d’un autre homme pendant qu’il la baisait dans le cul. Et pour Carole, la double dose de bite n’aurait pas pu être mieux accueillie, l’une lui remuant les fesses de manière experte, l’autre entre ses lèvres, sachant à quel point elle plaisait aux deux hommes, aux deux bites, grattant sans retenue son propre clito, Carole savait qu’elle n’était pas loin de jouir. Mais elle attendrait. Elle attendrait de voir les signes familiers et révélateurs sur le visage de Samir, de sentir le premier goût du sperme de Greg dans sa bouche. Et c’est arrivé assez vite lorsque Samir a soudainement arqué son dos et a gémi, soupiré profondément, enfonçant chaque centimètre dans ses profondeurs pendant qu’il jouissait. Quelques instants plus tard, le sphincter de Greg a palpité autour du doigt de Carole alors que le sperme remplissait sa bouche. C’était le signal de Carole qui, d’un dernier coup, s’est portée elle-même vers un orgasme électrisant et volcanique.

Ils n’ont pas bougé, tous les trois, la bite de Greg se ramollissant lentement entre les lèvres de Carole, celle de Samir dans son derrière, le doigt de Carole toujours dans Greg. Maintenant, elle a lentement retiré ce doigt et libéré la bite de Greg de sa bouche tandis que Samir se retirait d’elle. Les deux hommes étaient allongés à côté d’elle et elle les a rapprochés, regardant dans les yeux de l’un, puis dans ceux de l’autre, tendant la main pour saisir leurs bites épaisses et charnues, mais plus tout à fait rigides.

Une semaine plus tard, Carole avait à nouveau préparé un dîner sensationnel pour ses deux amants, bisque de homard, coquilles Saint-Jacques sautées aux champignons sauvages, un excellent Riesling. Après un expresso et une conversation animée, Carole a une fois de plus conduit les deux hommes dans sa chambre.

“Tu as été un très vilain garçon la dernière fois, Greg, en prenant de telles libertés. Tu t’es vanté. Racontant à Samir comment tu m’avais baisée, dans toutes ces positions, comment j’avais sucé ta queue. Mettant un doigt dans mon cul. Un garçon très, très vilain, très méchant,” dit Carole en le giflant de façon ludique. “Et un garçon chanceux, aussi. Profiter de mes compétences orales pendant que tu regardais avec tant d’impatience Samir donner du plaisir à mes fesses. Et tu as certainement semblé apprécier mon doigt dans ton derrière, n’est-ce pas ? Peut-être as-tu besoin de quelque chose d’un peu plus gros là-haut aujourd’hui, quelque chose d’un peu plus épais. Qu’en penses-tu ? Est-ce que tu aimerais ça ? Aimerais-tu que ton jeune cul serré soit baisé ?”

Greg rougit, jetant un regard nerveux à Samir, puis à Carole.

“Euh- Je t’ai dit- Je suis- euh- hétéro”, a-t-il balbutié.

“Et alors !” a dit Carole sèchement, mais avec un sourire malicieux et enjoué. “Ce n’est pas parce que tu te la prends dans le cul que tu vas cesser d’être qui tu es. Regarde Samir. Il adore se faire enculer, et ça ne fait pas de lui un pédé. Pas vrai, Samir ?”

“D’accord, Carole”, dit Samir, ravi de son audace, mais quand même un peu décontenancé. Il savait que tout cela mènerait Carole à exhorter Greg à laisser Samir le baiser, mais il ne s’attendait pas à ce que Carole parle de la façon dont Samir, lui-même, aimait quand Carole lui baisait le derrière avec son gode.

“Tu devrais voir Samir, comment il a envie quand j’attache ma grosse bite et que je le baise.”

Greg jeta un regard à Samir avec une nouvelle reconnaissance. Normalement, Samir, un top, baisait les hommes ; il ne se faisait pas baiser. Mais Carole avait éveillé son derrière aux pleins plaisirs de la pénétration. Il avait toujours aimé être léché derrière, se faire doigter pendant qu’on lui suçait la bite ou qu’il baisait une femme. Carole est allée plus loin, beaucoup plus loin avec Samir. Elle avait insisté sur le fait que ce qui était bon pour l’oie était bon pour le jars. Elle l’avait convaincu de la laisser le baiser, le baiser correctement avec un beau, gros et très vivant gode-ceinture qu’elle avait acheté à cet effet. Il n’a pas pu résister à ses charmes, à ses supplications sensuelles et impérieuses. Il a donc soumis ses fesses à sa fouille complète et a découvert qu’il en avait très envie. Depuis cette première fois, chaque fois que Carole sortait sa gode-ceinture, un sourire malicieux sur le visage, un sourire plein de promesses, il prenait la position avec empressement, s’abandonnant entièrement à ses mouvements rudes et pourtant sensuels.

“Veux-tu me regarder baiser Samir, Greg ?” Carole lui a demandé d’un ton direct, le regardant droit dans ses grands yeux verts, puis jetant un coup d’œil à Samir, le sourire de ce dernier lui indiquant qu’il avait compris. Que même si le plan était de séduire Greg, d’amener Samir à le baiser, cette “démonstration” ferait en quelque sorte partie du plan. Samir avait confiance en Carole, il avait confiance en son instinct. Et alors que normalement, l’idée qu’un autre homme regarde Samir se faire baiser ne pouvait pas être plus éloignée de son esprit, de son répertoire, maintenant, d’une certaine façon, cela l’excitait. Car Samir avait un côté lubrique, un penchant exhibitionniste. Il aimait s’exhiber, il aimait être regardé.

“Déshabillez-vous les garçons, je veux vous voir beaux et nus”, dit Carole aux deux hommes. Elle aimait ça, prendre les choses en main, avoir deux goujons virils et masculins pour faire ce qu’elle voulait. Quoi que ce soit qui transpire pour le reste de cette soirée et de cette nuit, elle aiderait à l’orchestrer. Maintenant, elle regardait avec satisfaction les deux hommes se déshabiller. Leurs bites, pas encore tout à fait en érection, s’épaississaient et devenaient plus charnues.

“Samir ? Pourquoi ne te mets-tu pas sur le lit, à genoux et sur les coudes, et mets-toi à nu pour nous. Laisse Greg voir comment tu aimes exposer tes fesses devant moi,” lui a dit Carole alors qu’il prenait la position familière. Greg avait de nouveau cette expression stupéfaite et effrayée sur le visage, comme s’il ne savait pas vraiment dans quoi il s’embarquait, mais qu’il était impuissant à résister aux ouvertures de Carole, quelles qu’elles soient. Pensait-il – s’inquiétait-il – que Carole pourrait bientôt insister pour qu’il présente ses fesses pour les ministrations qu’elle et Samir avaient en tête ? Ou était-il seulement absorbé, pour le moment, par ce dont il était sur le point d’être témoin ?

Les deux hommes nus, Samir sur les coudes et les genoux sur le lit tandis que Greg se tenait debout, regardant, attendant, complaisant, Carole a maintenant enlevé ses propres vêtements, révélant son corps lisse et sinueux. Puis elle est allée dans un tiroir et a récupéré son gode-ceinture, sa queue en caoutchouc très réaliste. Alors qu’elle s’attachait le harnais, les yeux de Greg étaient rivés sur le phallus artificiel. On lui avait dit dans le magasin où elle l’avait acheté qu’il avait été moulé à partir du pénis en érection d’une star du porno gay bien dotée. Et il ressemblait certainement à un vrai pénis.

“Tu aimes ma bite, Greg ?” a demandé Carole, en la caressant un peu lascivement.

“Euh- ouais- elle est plutôt sympa.”

“Plutôt sympa ? Tu ne la trouves pas belle ?”

“Si. C’est vrai. C’est magnifique. Et elle est grosse.”

“Eh bien, si tu aimes tant ma belle et grosse bite, Greg, pourquoi ne viens-tu pas la sucer”, dit Carole froidement, fermement, au jeune homme.

Il a pris plusieurs grandes respirations, regardant d’avant en arrière entre Carole et Greg, alors qu’il s’approchait. Puis il a baissé son visage et a pris la queue en caoutchouc entre ses lèvres.

“C’est ça, Greg”, a dit Carole en passant sa main dans ses cheveux épais, le pressant contre elle, “suce cette bite”.

Quelques instants plus tard, elle l’a brusquement repoussé, se mettant derrière Samir maintenant, agitant un doigt vers Greg et lui demandant de la rejoindre. Elle a passé ses mains lentement sur les fesses de Samir, caressant sensuellement ses fesses maintenant.

“Joli cul, hein ? dit Carole.

Greg a simplement regardé, sans rien dire. Carole écartait maintenant les fesses de Samir, révélant son trou, vivement exposé à son regard et à celui de Greg.

“Regarde ça, n’est-ce pas magnifique. Samir s’est trouvé un cul chaud, n’est-ce pas, Samir ?”

“C’est vrai”, dit-il, la voix bourrue, excitée, “c’est chaud, chaud pour toi, Carole”.

“Mmmmmh,” elle a ronronné, se léchant les lèvres, regardant droit vers Greg, puis pressant son visage entre les joues de Samir, rimant son trou de manière experte. Samir a gémi, savourant la caresse. Elle prenait son temps, appréciant toujours cela, et voulant s’assurer que ce qu’elle faisait à Samir était bien gravé dans l’esprit de Greg.

“Pourquoi ne goûterais-tu pas maintenant, Greg ?” Carole l’a cajolé, “laisse-moi te voir le lécher un peu avant que je le lubrifie et le baise.”

Greg était figé. Encore plus qu’avant, ses yeux avaient ce regard ébahi et incertain.

“Maintenant, sois un bon garçon et lèche ce cul pour moi”, a dit Carole d’une voix ferme et posée, en appuyant doucement, mais fermement sur l’arrière de sa tête. Elle savait que s’il obéissait, il était à elle, à eux aujourd’hui. Et il a obtempéré car, en prenant une profonde inspiration et en fermant les yeux, il a pressé sa langue contre le trou du cul de l’autre homme. Carole a contemplé le spectacle brûlant avec une profonde satisfaction. Voir un étalon viril lécher le cul d’un autre, c’était un fantasme qu’elle avait entretenu plus d’une fois. Maintenant, c’était en train de se produire, juste sous ses yeux, à sa demande.

“C’est ça, Greg,” siffla-t-elle à son oreille, “lèche-le, lèche ce cul !”.

Maintenant, Samir a tendu un bras en arrière et a enroulé une grosse main autour de l’arrière de la tête de Greg, pressant son visage contre ses fesses, tandis qu’il repoussait ces fesses contre la langue qui les sondait.

“Oh oui, ça fait du bien !” gémit-il, “mets ta langue là-dedans”.

Des étalons avaient léché le cul de Samir, mais il s’agissait de fesses, de fesses qui lui léchaient le cul, suçaient sa queue en prélude à se faire baiser par lui. Mais là, c’était différent. Maintenant, il était sur le point de se faire baiser par Carole, et l’étalon qui lui léchait le derrière l’aidait à se préparer à cette baise. Carole et lui se sont regardés et ont souri, comprenant tous les deux à quel point c’était nouveau et excitant pour eux.

“Ça suffit”, a-t-elle dit en repoussant le visage de Greg. Maintenant, elle a pris le lubrifiant et en a lentement étalé une quantité généreuse sur la crête caoutchouteuse du sphincter exposé et vulnérable de Samir, Greg regardant attentivement. Elle a glissé un doigt, puis un deuxième, étirant le trou, s’assurant que Greg restait proche, surveillant tout. Elle l’a sondé lentement, sensuellement, prenant son temps, rendant tout cela incroyablement vivant pour Greg.

“Tu veux que je te baise, Samir ?”

“Je veux que tu me baises, Carole”, a répondu Samir, sa voix brute, passionnée.

La bite de Greg était en érection maintenant, et Carole n’a pas manqué de le remarquer. De toute évidence, tout cela avait l’effet escompté sur lui. S’imaginait-il à la place de Samir ? Si c’était le cas, c’était probablement Carole qui le faisait comme elle était maintenant sur le point de faire à Samir. Mais pensait-il à Samir lui-même ? Samir baisant son jeune cul de vierge ? Ou à baiser celui de Samir ? Carole aurait volontiers baisé Greg elle-même. Mais il était vierge. Et elle voulait donc le voir se faire prendre par un homme, prendre une vraie bite, la première fois. C’était trop tard pour Samir, qui n’en avait jamais pris une vraie, bien qu’il semblait certainement avoir envie de celle en caoutchouc brandie par Carole.

Carole s’est agenouillée derrière Samir et a appuyé le bout de sa bite contre son anus, en tenant ses hanches et en l’enfonçant lentement et régulièrement à l’intérieur, Samir gémissant d’anticipation, de plaisir en sentant l’intrusion épaisse et rigide. Carole a souri pour elle-même. Samir pouvait être une telle salope. Il était là, sur les coudes et les genoux, en train de se faire enculer devant un autre homme, complètement désinhibé. Mais il y avait plus, et elle et lui le savaient tous les deux. Il voulait le cul du jeune Greg pour lui-même, et laisser l’étalon inexpérimenté voir à quel point il aimait lui-même se faire baiser l’aiderait à atteindre cet objectif.

“Samir adore ça, n’est-ce pas, Samir ?” dit Carole.

“Tu ne le vois pas ?” a-t-il souri.

Carole a tendu la main en dessous pour saisir la queue de Samir. Elle était douloureusement rigide, ce qui n’était pas une surprise.

“Je dirais que oui”, a-t-elle dit en se tournant vers Greg. “Touche-moi, Greg”.

Cette fois, Greg n’a pas hésité, il s’est baissé et a enroulé ses doigts autour de la queue de Samir, qui a gémi, adorant son contact.

“Elle est si belle et si dure, n’est-ce pas, Greg ?” a dit Carole, sa voix séduisante alors qu’elle regardait Greg dans les yeux, tout en l’enfonçant régulièrement dans les fesses de Samir qui repoussait avidement, avec avidité, ses poussées habiles et sensuelles. “Ce serait si agréable à l’intérieur, si agréable à l’intérieur de toi, Greg, à l’intérieur de ton cul.”

Greg a regardé, hypnotisé, une main massant le pénis de Samir, l’autre caressant oisivement le sien.

“Je veux que cela se produise, Greg,” dit Carole, sa voix posée, insistante, “Je veux voir Samir te baiser. Je veux le voir prendre sa bite et l’enfoncer dans ton cul.”

Il ne dit toujours rien, mais ses yeux étaient brillants de convoitise, une convoitise innocente mais avide.

“Tu aimerais baiser Greg, n’est-ce pas, Samir ? a demandé Carole.

Maintenant, Samir a regardé Greg, verrouillant les yeux avec lui. Il s’est approché et a enroulé ses propres doigts autour de la queue de Greg.

“J’adorerais te baiser, mec”, a-t-il dit, sa voix riche et séduisante. C’était Samir qui était si clairement le dominant de ce duo masculin, malgré le fait que c’était lui qui était à genoux et se faisait baiser. Pour Carole, les contours de la scène n’auraient pas pu être plus excitants. Baiser violemment un amant tout en conspirant avec cet amant pour que l’autre se fasse aussi baiser.

Lentement, Carole s’est retirée des fesses de Samir, laissant Greg jeter un coup d’œil au trou ravagé.

“C’est à ça que ressemble un cul après avoir été baisé. La semaine dernière, tu as vu le mien, maintenant tu vois celui de Samir. Je pense qu’il est maintenant temps pour toi de rejoindre le club, tu ne crois pas ?”.

“Euh- ouais- peut-être. Ok, bien sûr,” dit-il. Il y avait de la gêne dans sa voix, mais cette fois-ci aucune hésitation.

“Très bien”, a dit Carole, en prenant la bite de Greg d’une main et celle de Samir de l’autre, tandis que Samir se retournait sur le lit, Carole poussant Greg à côté de lui.

“Suce sa bite”, siffle Carole dans l’oreille de Greg, en pressant sa tête plus bas. Une autre inspiration profonde alors que Greg prenait maintenant le pénis de Samir entre ses lèvres.

“Vas-y, suce-le, suce-le et pense à comment ça va être bon à l’intérieur”, ronronne Carole.

“C’est ça, à l’intérieur de ton petit cul serré, tombeur”, a ajouté Samir en le pompant dans la bouche de Greg, tandis qu’il passait sensuellement ses doigts dans les épais cheveux châtains du plus jeune homme. Puissance brute et virile et sensualité tendre, voilà ce qui caractérisait le style de Samir.

Carole et Greg se sont regardés, leurs yeux pétillant un peu méchamment. C’est ce qu’ils avaient prévu, Carole attirant le jeune Greg dans son repaire avec l’espoir qu’il pourrait être cajolé pour faire exactement cela, sucer la queue de Samir, prêt à bientôt prendre cette queue en lui. Il y avait juste quelque chose chez Greg que Carole a détecté les premières fois qu’elles ont fait l’amour et qui lui a fait penser qu’il serait un candidat pour exactement cette chose. Tout d’abord, elle était certaine que Samir baverait sur ce jeune étalon lisse et élégant, précisément le genre que Samir aimait coiffer, elle le savait. Et elle pouvait sentir que, malgré ses protestations d’être hétéro, au fond Greg était soumis, un bottom en devenir. Même s’il la baisait comme l’étalon viril qu’il était, elle était certaine qu’il avait envie d’être maîtrisé, qu’il voulait être conduit vers de nouvelles arènes taboues. Et c’est exactement là où Carole l’a conduit.

Pendant qu’il continuait à sucer la queue de Samir, Carole a soulevé les fesses de Greg et a écarté ses joues, pressant son visage entre elles pour lécher son trou. Dès le début, il a eu envie d’une attention anilingue comme celle-ci. Cela lui laissait entendre qu’il pourrait être un candidat pour un sondage anal plus approfondi. C’est cette même réactivité au plaisir anilingue qui a conduit Carole à convaincre Samir qu’il devait avoir son cul non seulement léché et doigté, mais aussi baisé. Une fois qu’il a senti sa queue rigide en caoutchouc remplir ses fesses la première fois, il s’est converti. Maintenant, voici Greg, un autre converti en devenir.

“Ok, Samir, il est temps pour nous deux de faire attention à ce derrière”, a dit Carole en le tirant, l’incitant à la rejoindre derrière Greg. Ensemble, ils ont regardé son derrière exposé et très vulnérable. C’était plus un derrière de garçon que d’homme, ou peut-être plus comme celui d’une femme athlétique aux hanches étroites. La peau était soyeuse et glabre, les fesses tendues et fermes. Carole l’a ouvert à Samir et toutes les deux ont regardé le sphincter vif et froncé, également glabre.

Il scintillait un peu à cause de la lèche de Carole. Carole a jeté un coup d’œil à Samir et a pu voir ses yeux déborder de luxure alors qu’il contemplait la vue, le trou du cul masculin, la crête froncée entourant le trou, les petits plis rayonnant de ce trou le faisant ressembler à une petite étoile froncée et tentante. Sa main était enroulée autour de sa queue, une queue si rigide qu’on aurait dit qu’elle pouvait éclater. Il donnait des coups de poing furieux à sa queue et Carole a savouré l’intensité de son excitation.

“Joli, hein ?” dit-elle en le regardant, “et tout à toi, Samir, n’est-ce pas, Greg ?”.

“Uh huh”, a-t-il grogné.

“Mais avant de faire quoi que ce soit d’autre, laisse-moi te voir le lécher.”

Maintenant, Samir était figé et il a tourné son regard vers Carole, la main vers le bas sur sa bite toujours.

“Le lécher ?” a-t-il dit, abasourdi.

Carole n’était pas surprise par sa réaction. Un top comme Samir demandait normalement aux hommes de lui lécher le cul, un signe de leur soumission, lui le destinataire du plaisir du tribut oral qu’ils lui offraient volontiers. Mais il n’y avait rien de soumis dans la façon dont Samir léchait les fesses de Carole avant de les baiser. Cela faisait partie intégrante de la façon dont il s’occupait de ses fesses, les léchant, les préparant, les reamingant et les baisant. Et c’était la même chose avec Greg, même si Carole savait aussi qu’amener Samir à lécher volontairement le cul d’un autre homme serait une autre faille dans l’armure de sa résistance. Car son esprit malicieux avait d’autres choses en réserve pour cet amant viril et très masculin. Et Samir ressentait maintenant un nouveau désir surprenant, une faim, alors qu’il contemplait le trou vivement exposé. Une heure plus tôt, ce geste n’aurait pas été anticipé, pas le moins du monde. Mais maintenant, soudainement, ce derrière de Greg était aussi attirant pour Samir qu’un cornet de glace pour un enfant lors d’une chaude journée d’été.

“Oui, Samir, lèche-le, lèche-le comme tu lèches le mien avant de me baiser en bas”, continuait à insister Carole.

Il regardait toujours fixement, mais a ensuite éclaté en un grand sourire, secouant la tête avec étonnement devant l’audace de Carole, sa bravade.

“Tout ce que tu veux, Carole”, a-t-il dit en pressant son visage entre les joues de Greg, Carole les tenant grandes ouvertes, et a commencé à lécher son trou. Carole n’a pas pu s’empêcher de lâcher un soupir d’excitation en assistant à ce spectacle délicieusement torride. Elle avait longtemps fantasmé sur des hommes faisant l’amour, se léchant et se suçant, se baisant entre eux. Lorsque Samir lui a avoué qu’il avait baisé des hommes et que, si l’occasion se présentait, il serait heureux d’en baiser un en sa présence, Carole était déterminée à voir cela se produire. Il aurait été assez facile de trouver un jeune pédé réceptif, désireux de sucer une bite ou de la prendre dans le cul, mais ce n’est pas le genre d’homme qu’elle voulait voir se mêler à Samir. Alors quand elle a commencé à voir Greg et qu’elle a appris qu’il était hétéro, mais qu’elle a aussi senti qu’il était très docile, elle a commencé à échafauder des plans dans son esprit sur la façon de provoquer cette tournure des événements. Et maintenant, elle était là, le succès à portée de main !

Elle a regardé avec avidité Samir donner un bain de langue complet aux fesses de Greg. Après tout, il était aussi fin anilingue qu’elle.

“Lèche ce cul”, a-t-elle insisté, en appuyant sur sa tête maintenant, “lèche-le pour moi !”.

Elle l’a laissé prendre son temps, Samir massant les fesses de Greg pendant qu’il le léchait, faisant courir sa main sur la peau lisse de son dos arqué, le long de ses cuisses musclées.

“C’est tellement beau, de te regarder”, soupire Carole, presque en transe, une transe d’absorption totale de ce dont elle était maintenant témoin, en train de tout absorber.

Elle tenait les joues de Greg grandes ouvertes pour Samir, approchant son visage, l’observant attentivement. Tandis que Samir faisait glisser sa langue sur la crête de l’anus de Greg, lentement et de manière experte, ils se sont regardés dans les yeux, Samir et Carole, des yeux maintenant brûlants d’excitation et de passion. Samir a pris son temps pour lécher le trou du cul du jeune homme de dix-neuf ans, en faisant d’abord glisser sa langue doucement de haut en bas de la fente, puis en appuyant fermement cette langue contre l’anus. Enfin, il a fait ce qu’il faisait si souvent à Carole, ce qu’elle désirait tant, il a roulé sa langue en une sorte de poignard humide et a travaillé, forcé, cette langue dans le passage anal de Greg, transperçant, baisant son cul avec sa langue.

Les yeux de Carole étaient rivés sur ce spectacle sublimement excitant alors qu’elle passait sa main dans les cheveux de Samir, l’incitant à continuer le somptueux festin anilingue.

“Oh bébé”, a-t-elle chuchoté affectueusement à son oreille, “c’est tellement beau de te voir faire ça. Tu savais à quel point j’avais envie de le voir. Merci, merci !”

“Pour toi, Carole, pour toi”, a chuchoté Samir de sa voix rauque, s’éloignant, rapprochant ses lèvres de celles de Carole, les deux s’embrassant, les lèvres se séparant, les langues se rencontrant. Le fait que la langue qu’elle sentait maintenant entre ses lèvres venait de sonder avidement et sensuellement les jeunes fesses de Greg l’a fait frissonner d’excitation. Et cela faisait de même pour Samir, une intimité si sublime, si exquisément partagée.

“Encore un peu”, dit-elle, voulant que Samir revienne sur les fesses de Greg un peu plus longtemps alors qu’il recommençait à dévorer ces fesses, le jeune homme soupirant, gémissant de pur plaisir alors qu’il se délectait de ces délicieuses sensations, Carole descendant entre les joues de Samir pour le caresser avec un doigt palpeur alors qu’il continuait à se régaler des fesses séduisantes de Greg.

Puis Carole a tendu à Samir un pot de lubrifiant ouvert.

“Maintenant prépare-le, comme tu me prépares”.

Samir a pris une belle noisette de lubrifiant et l’a glissée entre les joues de Greg, la frottant, la faisant pénétrer à l’intérieur avec un, puis deux doigts rigides, remuant et étirant le trou du cul de Greg, le préparant, prenant son temps, s’occupant de ce derrière lentement, sensuellement. Il voulait que Greg en profite, comme il le faisait lui-même, et il n’y avait donc aucune urgence à entrer rapidement. Le sonder analement avec ses doigts habiles et expérimentés ne ferait qu’accroître l’attente de Greg et son plaisir lorsque le moment d’entrer serait enfin arrivé.

“Laisse-moi entrer aussi”, dit Carole, en amenant sa main entre les joues de Greg, glissant un de ses doigts à l’intérieur avec les deux de Samir.

Ensemble, ils ont préparé le cul de Greg, vivement exposé à leur palpage. Avec une main libre, Carole s’est baissée pour masser la queue de Samir, aussi érigée qu’un pénis puisse l’être. Plus que tout, elle voulait voir cette queue s’enfouir dans le cul chaud et jeune de Greg. Et cela, elle le savait, était imminent.

“Je pense que tu as besoin d’une bite à l’intérieur maintenant, tombeur”, grogna Samir, s’agenouillant derrière Greg alors que Carole le tenait à nouveau ouvert. Il a taquiné Greg, frottant la tête lisse de son pénis sur la membrane lubrifiée.

“Est-ce que tu le veux ?” Samir a sifflé de façon taquine dans l’oreille de Greg.

“Oui, oui je le veux !” s’est enthousiasmé le jeune homme.

“A quel point le veux-tu ?”

“Je- je le veux beaucoup !”

Maintenant, il l’enfonce lentement à l’intérieur. Carole regardait, sous le charme, Samir pénétrer Greg, la tige de sa bite forçant son chemin dans son jeune cul inexpérimenté.

“Oui, bébé, baise-le !” Carole a haleté, son excitation étant profonde.

Greg ne pouvait pas s’empêcher de regarder par-dessus son épaule l’autre homme, l’homme qui le baisait. Et à côté de cet homme, la femme totalement séduisante qui avait provoqué tout cela.

Il savait qu’il aimait se conformer, qu’on lui dise quoi faire, qu’on le guide, voire qu’on le force à faire ce qu’une femme exigeait. Il était jeune mais ce sentiment, ce besoin de se conformer et de se soumettre s’était éveillé en lui très tôt. Et il savait aussi qu’il avait fantasmé sur le fait de faire l’amour avec un homme, d’être baisé. Bien sûr, il se considérait comme hétéro et disait à tout le monde qu’il l’était, mais le sexe avec un homme l’avait toujours secrètement attiré. Pas tellement un homme comme amant, mais un homme comme corps, un corps différent de celui d’une femme.

Et maintenant, il était là, sur ses coudes et ses genoux, un étalon tenant fermement ses hanches, enfonçant un pénis très raide, très grand et très épais dans ses fesses qui n’étaient plus vierges, tandis que l’amant de l’homme l’encourageait, ravi de voir cet accouplement entre deux hommes. Toutes ces reconnaissances rendaient Greg fiévreux de désir, exquisément excité.

“Tu as un très beau cul serré”, dit Samir.

“Bon sang, il devrait l’être, Après tout, notre jeune ami était vierge jusqu’à ce soir,” ajouta Carole.

“Tu aimes vraiment mon cul, mon jeune cul” ? Greg a ronronné en regardant Samir, pour la première fois il semblait séducteur, il n’était plus maladroit ni même timide, alors qu’il repoussait ses fesses contre les poussées de Samir.

“J’adore ton jeune cul”, a chuchoté Samir à l’oreille de Greg, en passant ses doigts dans ses cheveux, “il fait une maison si chaude et confortable pour ma queue”.

Tout ce badinage entre les deux hommes a ravi Carole qui tenait Greg ouvert avec ses mains, observant l’endroit magique où la bite de Samir disait un bonjour sexy, sensuel et pourtant énergique au trou du cul très dilaté de Greg, faisant avancer sa bite à l’intérieur avec des coups lisses et incessants. Greg en avait envie, il s’en est rendu compte, il en avait envie de la prendre comme ça. Il pouvait être lui-même un baiseur assez vigoureux et les hommes de ce genre se demandent souvent ce que ça peut faire de sentir une bite énergique dans son propre corps, sondant ses propres profondeurs. Maintenant, il le savait.

“J’adore te voir baiser un homme comme ça” ! a chuchoté Carole à l’oreille de Samir.

“Je suis content, Carole. Je le baise pour moi, et je le baise pour toi.”

Carole avait toujours la bite en caoutchouc attachée à elle et maintenant, tout en continuant à regarder, elle a glissé deux doigts entre les joues de Samir. Il venait d’être baisé lui-même, baisé par Carole, et ses doigts ont glissé facilement.

“Mmmmmh, je crois que j’ai envie d’un peu plus de cul aussi”, a-t-elle chuchoté, se plaçant maintenant derrière Samir et enfonçant à nouveau sa bite en lui tout en continuant l’assaut anal du jeune cul de Greg. Samir a gémi lorsqu’il s’est senti de nouveau pénétré, et cela n’a fait que l’encourager alors que Carole et lui se sont mis dans le bain, elle enfonçant la sienne dans Samir, il enfonçant la sienne dans Greg.

Alors qu’elle baisait Samir comme ça, elle a tendu la main tout autour pour sentir la queue de Greg. Elle était aussi rigide qu’une longueur de tube d’acier. Soudain, elle a désiré quelque chose d’autre, quelque chose qu’elle avait certainement envisagé mais qu’elle se sentait maintenant confiante d’évoquer.

“Tu sais ce que j’aimerais voir maintenant, Samir”, lui a-t-elle chuchoté à l’oreille alors qu’ils continuaient leur accouplement à trois, “J’aimerais te voir la prendre, prendre une vraie bite. Celle de Greg. Dans ton cul. Qu’en dis-tu ? Ce serait une première pour vous deux. Il pourra baiser un homme et tu prendras enfin une vraie bite.”

“Tu es trop, Carole”, dit Samir en la regardant par-dessus son épaule, souriant, appréciant son audace, sa volonté de sonder, de provoquer.

“Allez, s’il te plaît, s’il te plaît !” a-t-elle cajolé, enfonçant le sien profondément, mais Samir a juste souri. Alors Carole s’est retirée des fesses de Samir et s’est retournée pour faire face à Greg.

“Veux-tu baiser Samir ?” a-t-elle demandé alors que Samir continuait à pulvériser son derrière.

“Oui, je voudrais, je veux le baiser”, a dit Greg sans hésiter, en regardant Carole, puis en déplaçant son regard par-dessus son épaule vers Samir. “Je veux sentir ma queue dans ton cul. Je veux faire sentir ce cul si bon, comme tu fais sentir le mien. Je veux te baiser, Samir, je veux baiser un homme.”

Samir et Greg se sont regardés l’un l’autre. Il y avait de la nostalgie, du désir dans les yeux de Greg, Samir pouvait le voir. À ce stade, il repoussait avidement la queue de Samir, désirant chaque centimètre en lui. Cela excitait tellement Samir de baiser cet étalon mignon. Et maintenant, regarder ce magnifique jeune homme, fixer ses grands yeux verts, regarder son corps lisse de garçon, tendre la main tout en le baisant et sentir sa queue merveilleusement rigide, tout cela a soudainement donné à Samir l’envie d’échanger sa place. Il devait admettre qu’il y avait pensé. Comment ne pourrait-il pas, ayant pris tant de femmes par voie anale et pas mal d’hommes, sachant à quel point ils aimaient être pris de cette façon ? Naturellement, il s’imaginait à leur place. C’est ce qu’il a fait avec Carole et son gode habilement, sublimement manié. Mais maintenant, enfin, il a pensé que c’était le moment, que c’était l’occasion.

Il a jeté un regard à Carole et ce regard lui a tout dit. Puis à Greg.

“Oui, Greg, je te veux dans mon cul, je veux ta queue !”

Greg s’est éloigné de Samir alors que les deux hommes se tenaient debout, leurs deux bites rigides, se dressant droites à des angles de quarante-cinq degrés, de l’acier pur dans ces bites, aucun fléchissement. Samir a tendu la main vers Greg, voulant caresser la bite qui allait bientôt entrer en lui, et Greg a pris Samir dans ses bras, chauds et lisses après avoir vigoureusement sondé son cul. Carole a adoré regarder les deux hommes se manipuler l’un l’autre, caressant sensuellement leurs deux fesses pendant qu’ils caressaient les tiges de l’autre.

“C’était génial de t’avoir à l’intérieur”, a dit Greg, sa voix sincère, cette voix qui ne craquait plus, qui ne bégayait plus, mais qui était encore fraîche, innocente, un peu timide, et pourtant si enthousiaste.

“Montre-moi ce que ça fait”, a dit Samir, en tirant sur sa queue.

Carole a alors dirigé Samir vers le lit, où il a pris la position. Tout à coup, pour elle, tout était physique, presque clinique. Il y avait les fesses de Samir, des fesses qu’elle connaissait si bien, exposées et vulnérables. Et il y avait le jeune Greg, tout juste baisé, mais avec une bite encore inutilisée aujourd’hui.

“Laisse-le te sucer d’abord”, a dit Carole alors que Greg s’agenouillait près du visage de Samir. Samir a levé les yeux vers le pénis rigide à quelques centimètres de son visage. Cela avait tellement excité Carole plus tôt de voir Greg sucer Samir. Cela l’exciterait autant, peut-être plus, de voir le Samir normalement dominant, un top confirmé, prendre une bite dans sa bouche. Mais d’abord, il l’a prise dans sa main, la tordant sensuellement en regardant Greg. Carole s’est approchée, voulant voir chaque détail, regardant avidement Samir ouvrir la bouche et prendre Greg entre ses lèvres.

“C’est ça, comme ça, suce cette bite !” Carole a sifflé, “Ça a bon goût, n’est-ce pas. Ça fait du bien. Et ça va être tellement bon quand elle sera enfouie dans ton cul chaud.”

Samir a pris tout son temps pour sucer le chibre du plus jeune homme, regardant Carole droit dans les yeux, ses yeux brûlant d’excitation. Et cela a excité Samir au plus haut point, de voir Carole prendre autant de plaisir à regarder Greg et lui faire l’amour.

“Ok, reviens ici maintenant”, a dit Carole à Greg, en se mettant derrière Samir. Samir s’est retourné vers Greg alors que ce dernier s’approchait de ses fesses. Il a commencé à caresser les fesses de Samir, un peu maladroitement au début, puis avec plus de confiance, plus passionnément. Un moment plus tard, il avait sa langue entre ces fesses, dévorant les fesses de Samir, affamé, avide. Carole était heureuse d’avoir utilisé un lubrifiant comestible et s’émerveillait maintenant de la poussée de luxure orale. Elle connaissait bien cette luxure, Samir était toujours avide de ses fesses avant de les pénétrer.

Carole a ajouté un peu plus de lubrifiant à l’anus déjà bien exercé. Son gode était épais et sa baise avec Samir avait été vigoureuse. Elle s’est penchée pour regarder Samir, ses yeux étaient fermés, il respirait profondément, Samir était une pure anticipation.

Maintenant Greg s’agenouillait derrière lui pendant que Carole tenait Samir ouvert, servant joyeusement de servante à la luxure de deux hommes. Greg a dirigé sa bite vers le trou, il l’a dirigée un peu maladroitement. Carole l’a réconforté, cherchant à apaiser sa luxure, à la rendre douce.

“Doucement, lentement et facilement”, a-t-elle dit d’une voix calme en l’aidant à positionner sa queue bien en face de la cible. Et puis Greg a appuyé en avant. Elle a regardé, émerveillée par le spectacle, ravie de voir Samir, un étalon tout à fait masculin, se prendre enfin lui-même. Elle ne l’estimait pas moins en tant que cul. Non, elle pensait plus à lui, elle pensait plus à n’importe quel homme lorsque les inhibitions de cet homme se levaient et disparaissaient. Pour Carole, plus l’homme est masculin, plus l’idée de le voir se faire réellement baiser, d’adopter un rôle inhabituel, était excitante.

Greg était au paradis, s’accrochant aux hanches de Samir, poussant.

“Merci- merci de me laisser-” dit-il à Samir, et même ici, en tant que top, Greg ne pouvait s’empêcher d’être reconnaissant, gracieux.

Samir a tourné son visage, un sourire chaleureux et lascif l’illuminant.

“Hé, tout le plaisir est pour moi.”

Carole caressait oisivement sa chatte, regardant le spectacle époustouflant de ces hommes s’accouplant à nouveau. Mais en guise de finale, elle voulait autre chose, quelque chose qu’elle avait fantasmé. En regardant Greg baiser le cul de Samir, elle s’est dit qu’elle devrait l’avoir dans le sien avant la fin de la nuit. Elle a donc attrapé le lubrifiant et en a mis un peu entre ses joues, enfonçant des doigts à l’intérieur, s’étirant. Puis elle s’est à nouveau approchée des deux hommes.

“Essayons autre chose maintenant”, dit-elle en tirant sur Greg, le forçant à se dégager.

Elle a dit à Samir de se lever, puis s’est allongée à sa place, calant un oreiller sous ses fesses. Tenant maintenant ses propres chevilles, elle a tiré ses jambes complètement en arrière. Dans cette position familière, elle le savait, son anus était vivement exposé et parfaitement positionné pour être pénétré.

“Maintenant, viens dans le mien”, a-t-elle ronronné à Greg, en agitant un doigt sexy alors qu’il venait entre ses jambes. Elle s’est emparée de son pénis, si chaud après avoir labouré le derrière de Samir, et l’a introduit dans le sien.

“Est-ce que le mien est aussi bon que celui de Samir ?”, a-t-elle taquiné, mais le jeune homme était un peu décontenancé, ne sachant pas quoi dire.

“Euh- ouais- vous êtes tous les deux géniaux.”

“Et toi aussi, Greg,” dit-elle en lui donnant un tendre baiser sur les lèvres. Puis elle a pressé son visage contre son épaule et a tendu la main autour de lui pour saisir ses fesses, écartant ces fesses. Elle a regardé Samir, un regard à la fois aimant et lascif.

“Baise-le !” dit-elle, en prononçant ces mots en silence. Samir les a rejoints sur le lit, s’est agenouillé et a pressé sa bite contre le trou de Greg, l’enfonçant. Greg haleta de surprise lorsqu’il sentit à nouveau le pénis rigide remplir son derrière.

Il y avait dans les yeux de Samir un regard que Carole connaissait bien, un regard de convoitise animale brute, de puissance.

Il a commencé à baiser le cul de Greg avec férocité, avec des coups puissants, presque sauvages. Greg se tortillait et gémissait, incapable de bouger, toute la longueur de sa queue enfouie dans les fesses de Carole. C’était maintenant Samir qui faisait tout le travail de baise. Pour Carole, c’était comme si elle était baisée par deux hommes à la fois, la queue de Greg coincée en elle, la poussée électrique de la queue de Samir martelant les fesses de Greg transmise en quelque sorte par le corps de Greg et ressentie de façon très vive dans celui de Carole. Puissance brute. La puissance masculine pure. La puissance de la bite. Le visage de Greg enfoui dans son épaule, Carole et Samir étaient maintenant face à face. Elle l’a regardé dans les yeux pendant qu’il sodomisait sans relâche le plus jeune homme. Le bout de ses doigts a couru sur les fesses lisses de Greg jusqu’à sa fente. Là, ces doigts ont suivi la marge, ce délicieux terrain de rencontre où la dureté de la bite de Samir rencontrait la crête dilatée de l’anus de Greg qui s’abandonnait.

“Merci, Carole”, a dit Samir, ses yeux devenant soudainement doux, sa bite ne se relâchant jamais. “Pour la bisque. Pour ta tendresse, ton courage, ton imagination, pour Greg. Pour avoir su qui nous étions, pour nous avoir emmenés là où tu savais que nous devions, que nous irions.”

“Oui… oui, Carole”, a marmonné Greg, la voix étouffée, mais profondément sincère.

“Vous êtes mes garçons, mes hommes doux et virils. Mes garçons de baise !”

Samir a pressé ses lèvres contre celles de Carole, les deux amants fusionnant dans un baiser passionné d’une tendresse et d’un rapport sublimes, partageant cet homme, ce jeune amant, entre eux, partageant tout de lui…….