Clique sur la photo de Deux maitre-nageurs baise une jeune salope aux gros seins pour voir son profil !

Il était tôt le matin quand je me suis réveillé au son des oiseaux qui gazouillaient bruyamment. Il n’y avait pas d’autres sons. J’ai décidé de me lever et d’aller au pavillon de bain pour prendre ma douche avant que le reste des campeurs ne se réveillent. Sachant que personne d’autre dans le camping n’était encore réveillé, j’ai enroulé ma robe autour de mon corps nu et je suis sorti du camping-car. Il faisait beau dehors, la définition de la tranquillité. Les seuls sons que j’ai entendus en descendant le sentier de terre vers le pavillon de bain étaient le gazouillis des oiseaux et le crépitement étrange des feux qu’on avait laissé s’éteindre tout seuls la nuit précédente.

Je n’ai vu personne aussi tôt le matin. Le soleil était juste au-dessus de l’horizon, étirant les ombres des nouveaux jours sur la terre qui se réchauffait. J’ai finalement atteint les bains publics et, alors que je m’approchais de la porte, j’ai entendu un son qui a brisé le silence du petit matin.

Des gémissements féminins distincts provenant de l’intérieur des murs de la salle de bain commune. J’ai passé ma tête curieuse sur le seuil de la porte, les gémissements étaient plus forts, mais je n’ai vu personne dans le bain public. Soudain, j’ai entendu non pas une mais deux voix d’hommes et les gémissements d’une femme. Mon cœur s’est emballé alors que je me faufilais discrètement jusqu’à l’une des cabines de douche. La porte était entrouverte et alors que je m’approchais discrètement, les sons devenaient si forts que la peur et l’excitation se mélangeaient et traversaient mon jeune esprit et mon corps inexpérimenté. J’ai jeté un coup d’oeil par la porte légèrement ouverte… J’ai été surprise par la vue qui s’offrait à moi. Trois corps nus se tordaient à quelques mètres devant moi, enlacés dans d’incroyables positions sexuelles. J’ai reconnu l’un des garçons de la plage. C’était un maître-nageur. J’avais flirté avec lui la veille.

Il était appuyé contre le mur de la douche, dans ma direction, les yeux fermés. Son beau corps luisait de ce qui semblait être de la sueur, comme l’eau ne coulait pas, ses muscles ondulaient parfaitement et puissamment. La fille du magasin général et de l’enregistrement du camp était à quatre pattes devant lui, le visage enfoui dans son entrejambe, suçant manifestement sa bite, pensais-je, mais je ne pouvais pas le voir de mon point de vue. L’autre type me tournait le dos et était accroupi derrière elle. Je ne l’ai pas reconnu de dos, mais il ressemblait au maître nageur à bien des égards, peut-être un peu plus musclé. Il poussait d’avant en arrière avec une telle force que la jeune fille criait et gémissait à chaque coup. Il était manifestement profondément enfoncé en elle, je suppose. Mes yeux étaient rivés sur son cul ferme qui battait d’avant en arrière, entre ses jambes légèrement écartées je pouvais à peine voir ses énormes couilles qui pendaient entre ses cuisses fortes, elles se balançaient d’avant en arrière à son mouvement.

A mon âge, j’avais été assez protégé à la maison. Mes parents ont fait très attention à m’élever de manière correcte, mais je n’avais JAMAIS vu quelque chose comme ça. Mon esprit a vacillé à la vue de ce qui se passait devant moi, je voulais me retourner et courir, mais mes jambes ne voulaient pas bouger. J’étais fixé sur les amoureux du petit matin. Ma respiration s’est accélérée et mon corps s’est naturellement réchauffé. Je sentais mes mamelons devenir douloureusement durs et se frotter contre le tissu de ma robe. J’ai senti un fort picotement entre mes jambes aussi, une sensation que je n’avais jamais ressentie aussi forte auparavant. Ma main, avec ce qui semblait être un esprit propre, s’est baissée, a ouvert la robe et est allée directement à la source de ma frustration. J’étais trempée, j’ai touché les lèvres humides de ma chatte, en faisant courir le bout d’un doigt sur toute la longueur jusqu’à mon clitoris. J’ai frissonné lorsque mon doigt a touché mon bouton d’amour.

Mes jambes étaient faibles et tremblaient à la fois au contact de mes doigts et à la vue de ce qui se passait devant moi. J’ai frotté mon clito plus fort en regardant les trois amants. Tout à coup, la bouteille de shampoing que je transportais avec mes autres accessoires de douche a glissé de la serviette et s’est écrasée sur le sol. J’aurais pu mourir. Les yeux du sauveteur se sont soudainement ouverts et ont regardé droit dans les miens. Tous les trois ont sursauté et arrêté leurs mouvements instantanément et ont demandé, presque en harmonie, qui est là ? Le maître-nageur a rompu le silence en disant : “C’est le canon de la plage, je me souviens de toi”, avec un sourire en coin.

J’ai bégayé en disant “je suis désolé, je viens d’arriver et je n’ai pas pu m’empêcher” ….. Ils m’ont tous les trois rapidement coupé la parole. Le maître-nageur s’est éloigné du visage de son amant, j’ai senti mon visage rougir en voyant pour la première fois, la plus grosse bite sur laquelle j’avais jamais posé les yeux. Elle était encore un peu dure, peut-être pas complètement vu les circonstances. Mais elle dépassait d’une touffe de cheveux blonds sableux, elle était épaisse comme l’enfer et ondulait avec des veines saillantes tout au long de sa longueur semi-dure d’au moins 18cm, elle luisait avec la salive des filles. J’ai essayé de ne pas me faire remarquer et de ne pas la fixer en reculant pour sortir de la porte des toilettes. Je tremblais maintenant de peur d’être pris en train d’espionner. Le maître-nageur s’est approché de moi et m’a tendu la main en disant ” Bonjour, je m’appelle Jérémy “. J’ai tendu une main tremblante et j’ai dit ” Bonjour, je m’appelle Brigitte “. Sa main était si puissante, enroulée autour de mes petits doigts. Je n’ai pas pu m’empêcher de remarquer son énorme queue qui rebondissait entre ses jambes, pas aussi dure maintenant mais toujours incroyablement chaude.

J’ai vu les pénis de quelques garçons à l’université. Lors de rendez-vous, je leur avais fait des branlettes pour satisfaire leurs envies sexuelles. Et mon petit ami avait pris ma virginité il y a environ six mois, douloureusement et rapidement avec son épée de chair de 16cm. Je pensais que SA bite était grosse ! Celle de Jérémy était plus grosse et douce que n’importe quelle bite dure que mes jeunes yeux avaient jamais vue. Soudain, j’ai été ramené à la réalité lorsque l’autre gars est sorti de la cabine, il avait une serviette enroulée autour de son abdomen, et il n’était pas aussi heureux que l’introduction de Jérémy.

“Qui diable est cette petite salope aux gros seins qui nous espionne ?” a-t-il braillé. Il m’a regardé de haut en bas, ce qui m’a mis pour le moins mal à l’aise. C’était un grand type, pas très vieux, peut-être 21 ou 22 ans, mais d’énormes muscles se contractaient quand il parlait. Il était profondément bronzé et avait des yeux bleus perçants, que je pouvais sentir me déshabiller alors que je me tenais là. Jérémy lui a parlé, en mentant avec tact, “euh ne sois pas méchant David c’est Brigitte, je l’ai rencontrée hier à la plage, c’est une gentille jeune fille”.

“Je m’en fous” répondit David, “elle est peut-être gentille mais j’ai un problème avec le fait d’être espionné. Elle a besoin d’apprendre une leçon” Une leçon, j’ai pensé… la peur a parcouru mon sang. David marchait autour de moi comme un loup cherchant sa proie. Je pouvais sentir ses yeux parcourir chaque centimètre de mon corps heureusement couvert.

En ce moment en webcam sexy

“Oui”, a-t-il poursuivi. “Et j’ai l’idée parfaite” Il s’est dirigé vers la porte du bain public, il a placé le panneau “toilettes en cours de nettoyage” à l’extérieur de la porte, puis il a fermé et verrouillé la porte. Je tremblais à l’idée de ce qui allait m’arriver… les larmes me montaient aux yeux, tandis qu’il revenait vers moi. Tout à coup, quand il m’a regardé dans les yeux, un côté doux de lui est apparu, à mon grand soulagement.

“Ne pleure pas”, m’a-t-il dit, “crois-moi, nous ne te ferons pas de mal, en tout cas pas dans le mauvais sens”, puis il a ri ! A ce moment-là, la femme est sortie de la douche et s’est présentée comme Marie.

“Ne vous inquiétez pas pour eux, ce sont des frères et ils aiment jouer… Asseyez-vous et profitez-en” dit-elle. Marie s’est alors dirigée vers un banc, s’est assise et a allumé une cigarette. Elle était belle, de longs cheveux blonds et raides, de grands yeux verts, un corps ferme et totalement bronzé comme le mien. Elle avait de gros seins parfaits avec de petits tétons et des poils pubiens blonds parfaitement taillés entre de longues jambes fines et galbées. Je n’étais pas du tout surpris que ces garçons se soient levés si tôt pour ça, n’importe quel garçon le ferait ! Je l’ai regardée et ce qui m’a le plus captivé chez elle, ce sont ses lèvres. Alors qu’elles suçaient la cigarette. Elles étaient pleines et pulpeuses, je les imaginais enroulées autour de l’énorme bite de Jérémy dans cette douche !

J’ai été tiré de ce fantasme par deux mains qui me touchaient les épaules, d’autres qui prenaient mes accessoires de salle de bain et les plaçaient sur une étagère. Les deux sur mes épaules étaient celles de David. Elles sont descendues lentement jusqu’à la cravate de ma robe. J’ai demandé ce qui allait m’arriver. Les deux garçons se sont mis à rire. J’ai senti la robe s’ouvrir et, à ma grande satisfaction, j’ai entendu Jérémy soupirer en regardant ma nudité. David a lentement retiré la robe de mes épaules tremblantes et l’a complètement enlevée. J’étais maintenant à leur merci, debout et nue devant les deux garçons excités. Je me suis dit que je méritais tout ce qui m’arrivait, car je les avais espionnés pendant leur escapade sexuelle. Ils m’ont tous deux complimentée sur ma beauté, et Marie a même approuvé ouvertement en fumant sa cigarette. Je ne savais pas vraiment quoi faire, je me sentais comme une pièce à conviction exposée.

David a rompu le silence en disant “ok, chère Brigitte, maintenant tu dois payer ton dû” il s’est dirigé vers le banc qui était au centre du bain public, et a tapoté une main sur le banc rembourré. “Viens t’allonger ici, sur le ventre” a-t-il dit presque gaiement. J’ai fait ce qu’il m’a dit à contrecœur. Le rembourrage du banc était frais au toucher, j’ai senti mes tétons durcir presque instantanément au contact du tissu. Soudain, j’ai été choqué à nouveau lorsque j’ai senti la ceinture de ma robe de chambre attachée fermement autour de mon dos et du banc, et mes mains David rapidement attachées avec ce qui semblait être des lacets aux pieds du banc, je ne pouvais que me tortiller et bouger mes jambes. Je craignais à nouveau le pire, car je ne pouvais plus bouger du tout. J’étais dans une situation fâcheuse et inéluctable avec deux jeunes hommes pleins de désir.

David s’est approché et a passé sa main dans mes cheveux et sur mon visage. Ses doigts ont légèrement touché mes lèvres et il a murmuré “belles lèvres”. J’ai senti sa main courir le long de mon dos et sur mes fesses, je me suis légèrement tortillée à son contact. J’ai frémi lorsque ses mains ont parcouru la raie de mes fesses jusqu’à ma chatte, qui commençait toute seule à être de nouveau humide. Encore une fois, il a murmuré “belles lèvres” et puis il a ri d’un rire presque diabolique. Il a écarté mes jambes et les a poussées sur les côtés du banc, j’ai posé mes pieds sur le sol froid. J’ai senti la fraîcheur de l’air caresser mon entrejambe maintenant humide. J’ai entendu les deux garçons parler entre eux mais je ne pouvais pas entendre ce qu’ils disaient. J’ai soudain vu Jérémy en face de moi, il a enjambé le banc et s’est assis devant mon visage. Sa bite était juste devant mes yeux, à quelques centimètres de moi. Sa main a entouré la tige épaisse et il a pompé la chair épaisse plusieurs fois. Je l’ai regardé avec admiration alors qu’elle devenait incroyablement plus grosse et plus dure. Il a redressé son énorme tête violette, une petite perle de liquide a suinté du minuscule trou à pipi.

Marie dit soudain, “vas-y ma fille, finis ce que j’ai commencé” puis les trois se mettent à rire. Sur ce, Jérémy fait un pas en avant en poussant la tête de sa bite, qui ressemble à une éponge, contre mes lèvres. Oh mon dieu, je me dis qu’il va mettre cette énorme bite dans ma bouche. Je n’ai jamais sucé de bite avant, je vais m’étouffer à coup sûr. Je résiste légèrement, ce qui fait qu’il s’empare de mes cheveux et tire ma tête en arrière presque douloureusement, je commence à crier, ce qui est l’occasion dont Jérémy avait besoin, il enfonce son gros pénis dans ma bouche ouverte. Mon cri est maintenant étouffé. “Bonne fille” il me chuchote.

“Suce ma bite comme une bonne salope” Ses mots ont percé mes oreilles comme un feu. Personne ne m’a jamais dit de tels mots. Je m’étouffe soudainement à cause de l’énorme mât envahissant qui se frotte à l’arrière de ma gorge, je n’ai jamais été touchée à cet endroit. Si j’avais les mains libres, je pourrais au moins contrôler la profondeur à laquelle il plonge, mais avec mes mains attachées, je suis impuissante. Jérémy commence à retirer son énorme virilité, pour l’enfoncer à nouveau. Je commence à nouveau à m’étouffer lorsque la tête s’enfonce dans ma gorge.

De nouveau, il se retire et murmure “Allez salope, avale toute ma bite“. Il n’y a aucune chance que je puisse jamais prendre cette énorme chose complètement, je réfléchis. Jérémy commence à nouveau à glisser dans ma bouche, puis se retire. Encore et encore, il glisse dans et hors de ma bouche humide. Maintenant, il baise doucement mon visage avec un rythme parfait, je me dis, ce n’est pas mauvais, je peux le supporter. Soudain, il pousse profondément. Sa grosse bite plonge dans ma gorge, l’étirant douloureusement. Il s’arrête, la laissant là. Je commence à paniquer, mais sans m’étouffer, je n’arrive pas à respirer. Marie s’approche et me dit, en me caressant les cheveux, “utilise ton nez, calme-toi et respire par le nez, ça va aller”.

Au bord de l’évanouissement, je suis soudain assez calme pour prendre de l’air par le nez, je respire haletant par le nez, enfin calmé je réalise que l’énorme bite est toujours enfoncée dans ma gorge. Un cri étouffé s’échappe. Je la sens palpiter de façon incontrôlable en moi. Jérémy s’écrie : “Putain, elle a tout pris, tous mes dix centimètres et demi. Et c’est une gorge serrée. Je pourrais presque jouir maintenant” Jouis dans ma bouche, je pense… Dieu non, pas dans ma bouche. Il commence soudainement à glisser progressivement dans et hors de ma gorge. Sa bite est si énorme et si douloureusement grosse.

Comme je m’y habitue, il commence à bouger plus vite, bientôt il baise ma gorge aussi vite que mon petit ami a baisé ma petite chatte vierge il y a six mois. Je sens la tête gonflée me pénétrer encore et encore. Les énormes couilles, qui claquent contre mon menton et mon banc, je sais qu’elles sont pleines de sperme chaud et je prie pour qu’il se retire avant de tout lâcher. Soudain, je reviens à la réalité en sachant qu’il y a un autre gars aussi. Dans le viol comme la baise de ma bouche, j’ai oublié David et Marie.

David dit “Ok Jérémy, bouche-toi cette bouche. Nous ne voulons pas que cette salope crie et réveille tous les autres campeurs ” Je sens la serviette qu’il portait jetée sur mon dos alors qu’il se met à cheval sur le banc, coinçant mes jambes écartées contre le bord du banc. Maintenant, je ne peux plus bouger du tout. J’entends Marie me dire : “Détends-toi, bébé, c’est la seule solution”. Mon esprit se demande de quoi elle parle. Jérémy plonge à nouveau sa viande dans ma gorge. Je sens soudain une énorme prune comme objet pousser contre les lèvres de ma chatte. David le frotte de haut en bas de ma fente. Je sens l’humidité suinter au toucher. Tout d’un coup, je le sens pousser en avant. Ma chatte est ouverte comme jamais auparavant. Je m’étire douloureusement autour de ce qui semble être juste la tête de sa bite monstrueuse. Je hurle sur la bite dans ma bouche, ce qui fait palpiter Jérémy à la sensation.

Je n’ai jamais rien senti d’aussi gros. Je n’ai jamais imaginé qu’une bite puisse devenir aussi énorme. Après quelques secondes, David pousse à nouveau en avant, plus de chair grasse entre en moi, il continue à faire cela jusqu’à ce que ce qui semble être une éternité passe. Je peux littéralement sentir le bout de sa bite à l’intérieur de moi, profondément. C’est comme s’il déplaçait les organes internes hors de son chemin. Je sens les lèvres de ma chatte douloureusement étirées autour de sa circonférence, au point de se déchirer. Je n’aurais jamais pu imaginer être aussi remplie. Je continue à hurler sous la douleur embrochée de la bite monstrueuse enfoncée, mais en vain. L’énorme bite enfouie dans ma gorge empêche mes cris de s’échapper. Bientôt, je sens que David commence à faire glisser sa queue hors de ma chatte torturée et déjà douloureuse, puis il la repousse. Il continue ainsi encore et encore, jusqu’à ce que je m’habitue à sa taille ! A chaque poussée vers l’intérieur, je sens l’énorme tête remonter vers mon ventre. Maintenant Jérémy commence à nouveau un mouvement de baise en glissant son gros pénis dans et hors de ma bouche de jeune vierge. Bientôt, les deux garçons se synchronisent pour pomper leurs bites. Un glisse dans et hors de ma bouche et l’autre martèle ma chatte.

Ils sont tellement énormes que je visualise leurs deux têtes de bite se heurtant l’une à l’autre à l’intérieur de mon corps. Mon corps commence à se sentir de mieux en mieux, qu’il soit devenu presque engourdi par la sensation d’un viol presque brutal ou par le plaisir total. Je sens que ma chatte dégouline maintenant autour de l’énorme bite intruse de David. Son sac rempli de sperme frappe mon clito douloureux à chaque fois qu’il le pousse. Je me retrouve à gémir d’extase alors que les deux pénis sans pitié m’attaquent. Ma chatte presque vierge, qui ne sentait qu’une petite bite en comparaison, reçoit maintenant ce qui sera probablement la meilleure et la plus grosse baise de ma vie, et ma bouche vierge goûte maintenant pour la toute première fois le précum salé d’une bite épaisse d’amant et mon moi adore ça maintenant. Au moment où je ressens un sentiment au fond de moi, que je n’ai jamais connu, les deux garçons disent en harmonie qu’ils vont jouir…. est-ce mon premier orgasme d’un plan à trois que je suis si proche de ressentir ?

Qui sait, je ne le saurai peut-être jamais. Soudain, avec un cri strident, Jérémy recule, puis une autre poussée, sa bite enfle encore plus, et c’est là que ça se passe. J’ai l’impression que de l’eau chaude et épaisse explose dans ma bouche, alors qu’il jouit. Sa bite palpite puis gicle, palpite et gicle, encore et encore, il remplit ma bouche vierge du premier sperme que j’ai jamais goûté. J’avale, je bafouille et je gargouille car c’est bien plus que je ne pourrais jamais prendre pour cette première fois. Je le sens se déverser de mes lèvres et descendre sur mon menton. Il retire sa bite de ma bouche punie et continue à jouir, cette fois sur mon visage.

Je ne savais pas qu’un garçon pouvait jouir autant et aussi fort. Ma bouche et mes lèvres couvertes de sperme sont soulagées par le vide… Je respire un grand coup. À ce moment-là, je sens le monstre de David se dresser à l’intérieur de moi et, avec une dernière poussée, je sens son feu liquide exploser dans ma chatte, j’ai l’impression qu’il pisse en moi, il y a tellement de sperme. Il continue d’exploser, je sens le sperme chaud et blanc qui éclabousse mon intérieur à plusieurs reprises. Je sens enfin que la bite du monstre commence à se dégonfler et se retire bientôt de ma chatte douloureuse. Je sens ce qui semble être des litres de sperme mâle chaud, s’écoulant de moi et coulant vers mes poils pubiens et sur le banc. Jérémy se lève, suivi de David. David se déplace à mes côtés et détache la ceinture du peignoir, puis se déplace pour détacher les lacets de chaussures qui me lient les mains. J’ai enfin un aperçu de la bite monstrueuse qui a déchiré ma chatte.

Elle tombe mollement, mouillée par le mélange de mes jus et de son sperme, elle semble mesurer environ 19cm de long et 5cm d’épaisseur et elle est molle… Dieu sait quelle taille elle avait quand elle était dure, je me demande. David me soulève et me retourne sur le dos. Je lève les yeux vers mes deux amants brutaux, qui me sourient tous les deux. Bronzés, musclés, comme des dieux. Je soupire. Puis je sens de doux baisers entre mes cuisses. Je lève ma tête usée pour voir Marie entre mes jambes, elle commence à laper ma chatte usée et remplie de sperme. Elle lève les yeux, sourit et dit : “Eh bien, ce sperme aurait dû être le mien pour commencer.”

Elle plonge soudain sa langue au plus profond de mes plis, aspirant le sperme… Je mets la tête en arrière, ferme les yeux et profite de ces sensations… …. en rêvant. J’ouvre les yeux, je regarde le toit de mon camping-car… Je regarde autour de moi, tout le monde est réveillé et dehors. Je les entends parler. Je me demande : ” Oh mon Dieu, quel rêve ! Je me lève de mon sac de couchage. Je réalise à quel point j’ai mal. C’est bizarre. J’enfile ma robe de chambre et je me promène dehors.

“Viens prendre ton petit-déjeuner, chéri”, disent ma mère et mon père. En mettant mes mains dans mes poches, je sens quelque chose. J’en sors deux lacets de chaussures et un mot qui dit : “Chère Brigitte, merci pour la meilleure matinée de tous les temps ! Nous t’aimons vraiment ! Marie, Jérémy et David”